BFMTV

Paris: Jean-Louis Debré tente de forcer un barrage routier

L'ancien président du Conseil constitutionnel circulait au volant d'un véhicule du Service de Protection des Hautes Personnalités.

L'ancien président du Conseil constitutionnel circulait au volant d'un véhicule du Service de Protection des Hautes Personnalités. - Alain Jocard - AFP

L'ancien ministre de l'Intérieur et président du Conseil constitutionnel a tenté de faire jouer ses relations pour convaincre un policier de le laisser passer, assure Le Parisien.

"Je suis de la maison!" A en croire Jean-Louis Debré, une fois passé par le ministère de l'Intérieur, on fait partie de la grande famille de la police. L'ancien locataire de la place Beauvau, avant les années 2000 et qui n'exerce désormais plus aucune responsabilité politique, a tenté de forcer un passage policier en faisant jouer ses relations, comme a dû le raconter un policier dans un rapport.

Le 9 avril dernier, Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel depuis le mois de mars dernier, se trouve bloqué, au volant de sa berline, aux abords de la place de la République à Paris par un barrage mis en place à cause de la manifestation contre la loi El Khomri, rapporte Le Parisien. Il revient d'une visite chez ses petits-enfants et est manifestement pressé de regagner son domicile.

Véhicule de l'Etat

Alors ce proche de Jacques Chirac tente de faire demi-tour en franchissant une ligne continue et il se fait arrêter par un policier. "Je suis de la maison, vous devez me faire passer!", l'invective Jean-Louis Debré, qui a été ministre de l'Intérieur entre... 1995 et 1997. Face à un fonctionnaire intransigeant, il finit par avouer qu'il n'est "pas vraiment de la maison". Mais fait valoir qu'il circule "avec un véhicule du SPHP (Service de Protection des Hautes Personnalités).

Toujours peu impressionné, le policier lui réclame ses papiers. Jean-Louis Debré lui fournit uniquement une pièce d'identité et son permis de conduire. Puis se décide à appeler un inspecteur qu'il connait bien. "J’ai effectivement téléphoné à l’inspecteur qui me suit", reconnaît-il auprès du quotidien. Après un dernière passe d'arme avec le fonctionnaire à l'origine de ce contrôle, l'ancien président de l'Assemblée nationale a pu franchir le barrage. "Gonflé", Jean-Louis Debré? Ce dernier vient de publier un livre Ce que je ne pouvais pas dire où il règle ses comptes avec une partie de la classe politique, s'attaquant, notamment aux "caprices" de Rachida Dati.

J.C.