BFMTV

Nouméa: quatre blessés dans une fusillade

-

- - -

Après une nuit de beuverie, un jeune homme a tiré sur ses camarades mardi matin un quartier du nord de la capitale calédonienne. Une personne est dans le coma.

Le fait-divers risque de relancer le débat sur la libéralisation des armes en Nouvelle-Calédonie. Quatre personnes, dont deux mineurs, ont été blessées mardi matin dans une fusillade après une nuit de beuverie dans un quartier populaire de Nouméa.

Des jeunes se sont alcoolisés toute la nuit à Kaméré, un quartier du nord de la capitale calédonienne, lorsque vers 7 heures du matin (22h00 lundi à Paris) une dispute a éclaté.

L'un des jeunes est allé chez lui et, depuis son domicile, a tiré avec un fusil de petit calibre sur ses camarades, blessant deux d'entre eux. Le tireur a ensuite visé d'autres passants et a à nouveau touché deux personnes.

Connu des services de police

Selon des témoignages rapportés par Radio Nouvelle-Calédonie, le forcené est ensuite allé dans un snack situé à proximité et a demandé qu'on appelle le SAMU.

"On a vu des gens courir dans tous les sens. Au début, on a cru que c'était des pétards", a également déclaré une habitante du quartier, situé sur la presqu'île de Ducos, où se trouve une importante zone industrielle.

Connu des services de police, le tireur, âgé de 25 ans, s'est rendu à l'arrivée des forces de l'ordre, qui ont isolé le quartier. Les quatre blessés, dont deux mineurs, ont été évacués sur le centre hospitalier territorial de Nouméa.

L'un d'eux, touché à la tête, est dans le coma et son pronostic vital est engagé. En arrêt cardiaque, il avait du être réanimé par les pompiers sur les lieux du drame, a indiqué un témoin.

Le 30 avril dernier, un homme de 20 ans avait tiré avec un fusil en plein centre-ville de Nouméa, blessant deux personnes.

49.000 armes en circulation

Alors que la grande majorité des violences sont liées à l'alcool en Nouvelle-Calédonie (250.000 habitants), des chiffres de l'Institut territorial des statistiques font état d'une progression de 25% de la consommation de boissons alcoolisées entre 2007 et 2012, passée de 18,2 millions de litres à 22,8 millions de litres par an.

Parallèlement, alors que la paix demeure fragile dans cet archipel en cours de décolonisation, les ventes d'armes ont fortement augmenté depuis un assouplissement de la législation en 2009.

Selon des chiffres de la préfecture, au moins 49.000 armes tous calibres confondus seraient en circulation.

"La Nouvelle-Calédonie est certes un pays de chasseurs. Mais c'est aussi un territoire au contexte historiquement tendu. La libéralisation de la vente des armes est incompréhensible et très inquiétante", a déclaré Pascal Hébert, vice-président de la Ligue des droits de l'Homme.

M.G. avec AFP