BFMTV

Meurtre d'Agnès: nouvelle levée partielle du huis clos

BFMTV

Les assises des mineurs de Haute-Loire, qui jugent depuis le 18 juin le meurtrier présumé d'Agnès, une collégienne de 13 ans, ont décidé vendredi de lever partiellement le huis clos entourant les débats.

L'arrêt de la cour ne concerne toutefois qu'une fraction de cette dernière journée de procès, à savoir la partie des réquisitions concernant la personnalité de Matthieu, 19 ans, ainsi que la peine demandée. C'est l'avocate générale, Jeanne-Marie Vermeulin, qui prononcera cette partie du réquisitoire, attendue en milieu de matinée.

L'autre partie des réquisitions, portant sur les faits et prononcée par Loïc Eyrignac, se déroulera à huis clos, tout comme les plaidoiries de la défense dans l'après-midi.

Cette publicité partielle des débats est intervenue à la demande de Me Valérie Devèze-Fabre, l'avocate d'une des parties civiles, la jeune Julie, violée en août 2010 par Matthieu, après qu'elle eut obtenu le huis clos pour la quasi totalité du procès afin de protéger sa cliente.

Le huis clos avait été levé une première fois, dans la première semaine du procès, à l'occasion de l'audition des responsables de la Protection judiciaire de la jeunesse, qui avait assuré le suivi de Matthieu après le premier viol, et de responsables du collège-lycée Cévenol du Chambon sur Lignon où il était interne avec Agnès.