BFMTV

Marseille : une « bande de délinquants » détourne un parking

Dans le 2e arrondissement de Marseille, un parking public est depuis plusieurs semaines aux mains d’une vingtaine de jeunes délinquants.

Dans le 2e arrondissement de Marseille, un parking public est depuis plusieurs semaines aux mains d’une vingtaine de jeunes délinquants. - -

Après des mois de dégradations, d'intimidations et de plaintes, le groupe Vinci a décidé d’abandonner un parking public à Marseille, désormais aux mains de jeunes délinquants qui empochent l’argent. Se sentant abandonnés par les autorités, les habitants du quartier disent leur ras-le-bol.

A Porte d'Aix, dans le 2e arrondissement marseillais, un parking à ciel ouvert, de 49 places, est depuis plusieurs semaines aux mains d’une vingtaine de jeunes délinquants. Après plus de 7 mois de dégradations, d'intimidations et de plaintes sans suites, le groupe Vinci, qui avait été mandaté par la Communauté Urbaine de Marseille, pour le gérer, a décidé de quitter les lieux. A l’entrée, le panneau est clair : « Si vous refusez de payer les 5 euros, nous n’ouvrons pas la barrière ».
Une situation qui perdure et aurait déjà fait perdre près de 50 000 euros à la communauté urbaine.

« On est au XXIe siècle ou on est revenu à la préhistoire ? »

Evelyne Ballestra tient une bijouterie non loin de la Porte d'Aix, et préside la Fédération des Commerçants et Artisans des 2e et 3e arrondissements de Marseille. Elle dresse un tableau plutôt chaotique de la situation : « Il y a les petits jeunes qui vous ouvrent la barrière, qui la referment et qui vous encaissent 5 euros à chaque fois. Alors s’il y a 200 véhicules par jour, ça fait beaucoup d’argent. Et dans les rues transversales, ça marche à la sauvette avec les cigarettes ou la drogue. On est à la sortie de Marseille alors on est la poubelle de la ville. On est au XXIe siècle ou on est revenu à la préhistoire ? Un jour ou l’autre, ça va exploser parce qu’on en peut plus ».

« On est 45 000 habitants, totalement abandonnés »

Gérard Polizzi est adjoint PS et délégué à la sécurité à la mairie des 2e et 3e arrondissements de Marseille. Depuis plusieurs semaines, la situation empire : « Ces jeunes ont entre 15 et 20 ans, dealent et terrorisent les commerçants, c’est l’enfer. Nous sommes une population de 45 000 habitants mais nous sommes totalement abandonnés. En tout, il n’y a que 3 ou 4 agents en tenue pour gérer ça. Ils ont fait quelques missions coups de poing mais aussitôt partis, les jeunes reviennent et la situation redevient la même ».

« Les jeunes font la loi… Et les autorités ? »

Yvette vit à deux pas du parking. Elle habite le quartier depuis sa naissance : « Ce qui est incompréhensible, c’est de voir comment ce quartier a évolué dans le mal. Avant, il y avait un marché traditionnel avec de la lavande et autres. Désormais, c’est sale et les jeunes font la loi, avec eux d’un côté et une population errante de l’autre. C’est une vrai porcherie et on se demande ce que font les autorités ».

La Rédaction, avec Yann Abback