BFMTV

Marseille: un bébé reçoit six fois la dose de Dépakine prescrite, ses parents portent plainte

L'hôpital de la Timone à Marseille.

L'hôpital de la Timone à Marseille. - AFP

Soigné pour une tumeur cérébrale, un enfant de 20 mois a reçu 6,5 fois la dose de Dépakine qui aurait dû lui être administrée à l'hôpital de la Timone, à Marseille. Le bébé a dû subir un lavage d'estomac.

Une erreur qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Un enfant de 20 mois, soigné à l'hôpital de la Timone, à Marseille, pour une tumeur cérébrale, a dû subir un lavage d'estomac en urgence après avoir ingurgité plus de six fois la dose d'un médicament, habituellement utilisé contre l'épilepsie, qu'il aurait dû recevoir. Les parents du bébé ont porté plainte contre l'hôpital, révèle France Bleu Provence.

Vendredi dernier, les parents du petit Nilo doivent administrer le médicament, de la Dépakine utilisée en complément de la chimiothérapie que suit le petit garçon. Habitué au traitement, le couple s'étonne de la dose prescrite par l'interne, qu'il décide d'appeler. "Il nous prend de haut, ‘c’est bien le dosage qu’il faut donner’ et il nous raccroche au nez", raconte Jérôme Césarini.

Erreur de conversion

Les parents font confiance au professionnel et donnent le médicament au bébé. Quelques minutes plus tard, ce dernier s'endort profondément. Ce qui inquiète ses parents, lui qui d'habitude est très actif. La famille se rend alors à l'hôpital de la Timone pour la séance de chimiothérapie de l'enfant. Les médecins se rendent rapidement compte que quelque chose est anormal. Et diagnostiquent un surdosage de Dépakine. 

L'interne aurait fait une erreur de conversion entre milligrammes et millilitres, relate la radio. "Il y a désormais un risque hépatique pour notre fils, ce n’est pas rien", confie son père inquiet. "Il faut surveiller le foie et les reins". Les parents de Nilo, qui ne souhaitent pour le moment changer d'hôpital et de médecins, espèrent désormais obtenir des garanties de l'hôpital. D'autant que le petit garçon a déjà contracté un staphylocoque doré après une intervention chirurgicale.

J.C.