BFMTV

Marseille: l'ex-interne en médecine arrêté en Turquie mis en examen et écroué

Info BFMTV - Âgé de 29 ans, l'ex-interne avait été expulsé de Turquie le 25 décembre et placé en garde à vue à la sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois-Perret.

Info BFMTV - L'ex-interne en médecine de l'hôpital de la Timone à Marseile et arrêté en Turquie a été mis en examen et écroué jeudi, a appris BFMTV de sources judiciaires. L'individu a été mis en examen du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Âgé de 29 ans, l'ex-interne avait été expulsé de Turquie le 25 décembre et placé en garde à vue à la sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.

Il travaillait depuis trois ans dans les services hospitaliers marseillais et avait effectué un stage d'internat en orthopédie à La Timone de mars à octobre. Il s'est radicalisé au contact de certains membres de la mouvance radicale, a précisé une source proche de l'enquête.

Le jeune homme, qui se faisait surnommer "Albistouri" ou "Elbistouri" sur internet, consultait régulièrement des sites jihadistes et menaçait sur Twitter de commettre des attentats, ce qui lui avait valu d'être signalé à plusieurs reprises en 2015 aux autorités par des internautes sur la plateforme Pharos, mise en place pour dénoncer des contenus illicites sur les réseaux sociaux.

Interpellé en Turquie quelques jours avant Noël

L'ancien interne s'était rendu en Turquie en octobre, où il a été interpellé quelques jours avant Noël. Les enquêteurs pensent qu'il souhaitait rejoindre la zone de combat irako-syrienne. 

Mais comme le souligne Dominique Rizet, consultant police-justice BFMTV, "cet homme s’est muré dans le silence, il ne dit rien. Il n’a consenti à donner que son état civil aux policiers de la sous-direction antiterroriste."

"Lorsqu’il a été renvoyé par les autorités turques en France, le 25 décembre, il a été placé en garde à vue vers 21 heures à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Et on a trouvé sur lui plusieurs téléphones, des cartes SIM, du matériel informatique, 1.940 euros en liquide et 37 pièces d’or dont la valeur avoisine les 8.000 euros", détaille-t-il. "Il ne parle pas, il ne dit absolument rien. Et la très grande majorité de sa famille est totalement étrangère à ce que préparait peut-être - puisqu’il est toujours présumé innocent - ce jeune médecin."

Pour Nicolas Hénin, consultant terrorisme BFMTV, le profil de cet ex-interne est atypique, mais "en même temps", estime-t-il, "ça n’est pas tellement surprenant que Daesh cherche à recruter des médecins. Parce qu’au final, les groupes terroristes, ce sont des armées, d’une certaine façon. Et les armées ont un grand besoin de spécialités.".

V.R. avec Sarah-Lou Cohen