BFMTV

Marseille: deux véhicules calcinés retrouvés près de la cité Busserine

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - AFP

Lundi, un équipage de police avait été mis en joue alors qu'il intervenait après que de "nombreux coups de feu" avaient été entendus par les habitants dans la cité de la Busserine.

Deux véhicules calcinés ont été retrouvés ce mardi à proximité de la cité Busserine, dans le 14e arrondissement de Marseille. Des investigations sont en cours pour déterminer s'il s'agit ou non de ceux utilisés par le commando armé qui a mis en joue des policiers, lundi, en fin d'après-midi, ont indiqué des sources concordantes à BFMTV.

Des policiers mis en joue

Lundi, un équipage de police avait été intercepté alors qu'il intervenait après que de "nombreux coups de feu" avaient été entendus par les habitants dans la cité de la Busserine. 

"Des individus cagoulés et armés se sont introduits dans la cité. Ils ont procédé à des tirs en l'air, à l'arme de poing et à l'arme longue. Un équipage de police qui se trouvait à proximité immédiate s'est rendu sur place, ce qui a provoqué la fuite de ces individus", a indiqué ce mardi préfet de police des Bouches-du-Rhône, Olivier de Mazières, selon qui le commando était composé de "trois ou quatre véhicules", et possiblement "entre cinq et dix individus". 

"Une action d'intimidation"

"Un dispositif de police a été immédiatement mis en place sur les itinéraires de fuite, ce qui a permis non pas d'intercepter mais de repérer ces véhicules un peu plus loin de Marseille. Les individus qui se trouvaient dans l'un de ces véhicules ont mis en joue des policiers qui étaient présents, et ceux-ci ont répliqué en tirant à quatre reprises sur le véhicule, qui a réussi à prendre la fuite", a encore précisé le préfet de police, indiquant que "personne n'a été blessé" dans cette confrontation.

Prenant la parole dans l'après-midi lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux a estimé que "ces faits évoquent une action d'intimidation" sur fond de "narco-trafic". Il a également indiqué que les membres du commando étaient "extrêmement bien préparés" et portaient des brassards de la police. 
A.S. avec Sarah-Lou Cohen