BFMTV

Manif anti-migrants à Calais: 50 jours-amende à 10 euros requis contre le général Piquemal

Le général Piquemal, lors d'une manifestation anti-migrants à Calais. le 6 février 2016.

Le général Piquemal, lors d'une manifestation anti-migrants à Calais. le 6 février 2016. - PHILIPPE HUGUEN - AFP

Cinquante jours-amende à dix euros ont été requis ce jeudi à Boulogne-sur-mer à l'encontre du général Christian Piquemal, jugé pour avoir participé à une manifestation hostile aux migrants organisée par l'extrême droite à Calais le 6 février malgré l'interdiction des autorités. Le jugement a été mis en délibéré au 26 mai.

Agé de 75 ans, l'ancien grand patron de la Légion étrangère de 1994 à 1999 était notamment poursuivi pour "organisation d'une manifestation interdite sur la voie publique" et a écopé de 50 jours-amende à 10 euros selon le réquisitoire du ministère public. Officier de la "deuxième section", il n'est plus en activité, mais toujours à la disposition de l'armée.

Perçu comme un leader

Le ministère public s'est dit "certain" que le général a été "l'organisateur de cette manifestation", invoquant pour preuve une vidéo diffusée lors de l'audience où on entend des manifestants crier "Général! Général!" faisant de l'homme de 75 ans un leader, selon le parquet. Pour le procureur Jean-Pierre Valensi, Christian Piquemal a pris "la tête de la manifestation" et sa prise de parole avec un mégaphone lors du rassemblement est "la concrétisation de ce rôle d'organisateur".

"Ce n'est pas l'organisateur de droit, mais l'organisateur de fait. C'est un moyen bien connu des réseaux d'extrême droite: certaines personnes organisent la manifestation de droit en déposant une demande en préfecture, mais ne participent pas au rassemblement, et d'autres sont organisateurs de fait", a affirmé Jean-Pierre Valensi.

A.M avec AFP