BFMTV

Manifestation anti-migrants à Calais: le général Piquemal jugé jeudi

Le général Piquemal, lors de la manifestation anti-migrants à Calais, le 6 février 2016.

Le général Piquemal, lors de la manifestation anti-migrants à Calais, le 6 février 2016. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le général en retraite, qui avait été interpellé après avoir bravé le 6 février l'interdiction par les autorités d'un rassemblement hostile aux migrants organisé par l'extrême droite à Calais, sera jugé jeudi à Boulogne-sur-Mer.

Agé de 75 ans, l'ancien grand patron de la Légion étrangère de 1994 à 1999, Christian Piquemal, est poursuivi pour "organisation d'une manifestation interdite sur la voie publique" et "participation sans arme à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation de se disperser". Son jugement aura lieu à Boulogne-sur-Mer, jeudi.

Pegida, base de la manifestation

Les deux délits sont passibles de, respectivement, six mois de prison et 7.500 euros d'amende et un an de prison et 15.000 euros d'amende. Organisé à l'appel du mouvement islamophobe Pegida, le rassemblement avait attiré une centaine de personnes, qui avaient scandé des slogans tels que "on est chez nous!" ou "migrants dehors!". Après plusieurs appels à la dispersion, les gendarmes avaient chargé les manifestants. Vingt personnes avaient été interpellées.

Perçu comme le "leader"

De source judiciaire, l'ancien militaire, qui comparaîtra libre, est considéré comme "l'organisateur de fait" et le "leader" de la manifestation. Pour son avocat Me Dominique Mattéi, si "M. Piquemal a bien participé à la manifestation", il est "évident" qu'il n'en est "pas l'organisateur". "Pour le condamner là-dessus, il faudra le prouver et on ne pourra pas se réfugier derrière sa prétendue notoriété", a-t-il dit.

A.M avec AFP