BFMTV

Les « vrais » chiffres de la délinquance

Les chiffres de l'Observatoire national de la délinquance sont bien supérieurs à ceux communiqués par le ministère de l'Intérieur.

Les chiffres de l'Observatoire national de la délinquance sont bien supérieurs à ceux communiqués par le ministère de l'Intérieur. - -

Trois fois plus de vols, six fois plus de violences sur personne… L’Observatoire national de la délinquance dévoile ce mardi des chiffres bien supérieurs à ceux du ministère de l’Intérieur. Revue de détail.

Trois fois plus de vols, six fois plus de violences sur personne… L’Observatoire national de la délinquance dévoile ce mardi des chiffres bien supérieurs à ceux du ministère de l’Intérieur. D’après cette quatrième enquête, le sentiment d’insécurité est en nette hausse chez les Français.

L’an dernier, 4,7 millions de Français ont été victimes de vols ou tentatives de vols. Avec 1,5 million, les chiffres officiels sont trois fois inférieurs. L’écart est encore plus important concernant les violences physiques ou sexuelles. Quand le ministère évoque entre 200 000 et 250 000 faits tous les ans, l’Observatoire, lui, en relève 1,2 million sur l’année 2009. Autre chiffre en hausse, celui des actes de vandalisme sur les voitures (2,1 millions).

Un Français sur cinq concerné par le sentiment d’insécurité

A la différence du ministère de l’Intérieur, l’Observatoire réalise une enquête de victimation. Au lieu de se contenter de relever les plaintes, elle travaille directement auprès des victimes d’actes présumés de délinquance.

Avec un point et demi de hausse l'année dernière, le sentiment d’insécurité est, par ailleurs, en nette augmentation dans le pays. Aujourd'hui, un Français sur cinq déclare avoir déjà eu le sentiment d’être menacé.

Pour Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police, ces chiffres ne sont pas surprenants. «Les Français se rendent bien compte que l’insécurité n’est plus quelque chose d’abstrait auquel on a accès uniquement par les médias, c’est quelque chose qui peut toucher chacun d’entre nous ».