BFMTV

Le trafic Eurostar perturbé par une alerte incendie

Le trafic Eurostar a été brièvement interrompu samedi matin en raison d'un dégagement de fumée dans une navette d'Eurotunnel dans le tunnel sous la Manche. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

Le trafic Eurostar a été brièvement interrompu samedi matin en raison d'un dégagement de fumée dans une navette d'Eurotunnel dans le tunnel sous la Manche. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird - -

LILLE/BRUXELLES - Le trafic Eurostar a été brièvement interrompu samedi matin en raison d'un dégagement de fumée dans une navette d'Eurotunnel dans...

LILLE-PARIS (Reuters) - Le trafic Eurostar a été interrompu samedi matin en raison d'un dégagement de fumée dans une navette d'Eurotunnel dans le tunnel sous la Manche, mais a totalement repris en début d'après-midi.

Cet incident a entraîné des retards de une à trois heures pour huit trains à destination de Bruxelles Midi, Paris Nord et Londres Saint Pancras, a indiqué la SNCF.

Le trafic, qui avait été suspendu vers 08h20 (06h20 GMT), a repris à 10h00 (08h00 GMT) dans le tunnel Nord et progressivement en fin de matinée dans le tunnel Sud.

"Le trafic a été entièrement rétabli en début d'après-midi", a déclaré une porte-parole d'Eurotunnel.

Le tunnel Sud est resté fermé plus longtemps pour permettre l'évacuation de la navette où avait eu lieu le dégagement de fumée et son inspection.

"Il ressort de l'inspection qu'il n'y a pas eu d'incendie. Il s'agissait d'un léger dégagement de fumée", a précisé la porte-parole d'Eurotunnel.

Une alarme incendie s'était déclenchée vers 8h00 (06h00 GMT) au milieu du tunnel, sur une navette transportant 24 camions, selon un autre porte-parole d'Eurotunnel.

Une trentaine de personnes, dont les chauffeurs des camions, avaient alors été évacuées sans incident vers le tunnel de service.

Cet incident sans gravité concerne cette fois une navette d'Eurotunnel et non les trains Eurostar.

Des milliers de passagers d'Eurostar s'étaient retrouvés bloqués en plein tunnel fin 2009 et le trafic avait été interrompu pendant trois jours en raison de problèmes techniques liés à la neige sur les trains de passagers.

A la suite de ces incidents, la SNCF s'était engagée à investir 34 millions d'euros pour améliorer la fiabilité de ses trains.

Pierre Savary à Lille et Gérard Bon à Paris