BFMTV
Police-Justice

Le Sénat refuse de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault

Serge Dassault

Serge Dassault - -

Le sénateur UMP et industriel, âgé de 88 ans, est concerné par une enquête dans son fief de Corbeil-Essonnes sur une affaire d'achats de voix et une autre de tentatives d'homicide qui pourraient être liées.

Le Sénat a refusé mercredi de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault. Le sénateur UMP et industriel, âgé de 88 ans, est concerné par une enquête dans son fief de Corbeil-Essonnes sur une affaire d'achats de voix et une autre de tentatives d'homicide qui pourraient être liées.

Le président PS du Sénat, Jean-Pierre Bel, a expliqué que le rejet du Sénat avait été décidé "pour défaut de motivation", à l'issue d'un "vote à bulletin secret de la vingtaine de membres du bureau du Sénat".

A Evry, sous l'autorité d'un juge d'instruction, les policiers enquêtent sur deux tentatives d'homicide. A Paris, une information judiciaire a été ouverte fin mars sur des soupçons d'achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux lors des campagnes municipales de 2008 à 2010.

La semaine dernière la mairie de Corbeil-Essonnes, la résidence de Serge Dassault dans cette ville et l'hôtel particulier du Rond-Point des Champs-Elysées qui abrite la holding Dassault ont été perquisitionnées dans le cadre des deux enquêtes.

Jean-Pierre Bechter placé en garde à vue

Le 19 février dernier, à l'heure du déjeuner, un boxeur amateur de 32 ans, était grièvement blessé après avoir reçu trois balles en plein centre-ville de Corbeil-Essonnes. Le tireur a agi au su et au vu de nombreux témoins. Il s'agirait d'un chef d'entreprise au passé de voyou, "figure locale" qui fut proche de Serge Dassault et est actuellement en fuite. Trois semaines plus tôt, un autre habitant de la commune avait été victime d'une tentative d'homicide.

Mercredi dernier, le bras droit de Serge Dassault, et actuel maire (UMP) de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter a été placé en garde à vue, avec le directeur du service jeunesse et sports de la mairie, à la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) à Versailles, pour être entendus sur une tentative d'homicide, perpétrée en février à Corbeil-Essonnes. Les deux hommes ont été remis en liberté le soir même.