BFMTV

Le Monde dépose plainte dans l'affaire des fuites

Le journal Le Monde a annoncé lundi avoir déposé plainte contre X auprès du parquet de Paris à propos de l'enquête menée par les services de renseignement pour identifier une de ses sources dans l'affaire Woerth-Bettencourt. /Photo d'archives/REUTERS/Jack

Le journal Le Monde a annoncé lundi avoir déposé plainte contre X auprès du parquet de Paris à propos de l'enquête menée par les services de renseignement pour identifier une de ses sources dans l'affaire Woerth-Bettencourt. /Photo d'archives/REUTERS/Jack - -

PARIS (Reuters) - Le journal Le Monde a annoncé lundi avoir déposé plainte contre X auprès du parquet de Paris à propos de l'enquête menée par les...

PARIS (Reuters) - Le journal Le Monde a annoncé lundi avoir déposé plainte contre X auprès du parquet de Paris à propos de l'enquête menée par les services de renseignement pour identifier une de ses sources dans l'affaire Woerth-Bettencourt.

Interrogée par Reuters, la directrice de la rédaction, Sylvie Kauffmann, a toutefois refusé de dire quels délits précis le journal visait dans cette plainte.

Le Monde se trouve face à un obstacle juridique. Si elle confirme le principe du secret des sources des journalistes, la loi promulguée en janvier 2010 sur le sujet ne crée pas un délit pour sa violation et ne prévoit pas de peine.

La plainte est rédigée au nom du président du directoire, Eric Fottorino, et de Gérard Davet, auteur des articles dont les services de police et de contre-espionnage ont recherché les sources, dit Le Monde sur son site internet.

Le journal se dit victime de la "violation de plusieurs articles du code pénal, qui résultent essentiellement de l'irrégularité des conditions dans lesquelles les services de police ont procédé à la vérification d'appels téléphoniques pour identifier les sources du Monde".

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) reconnait avoir enquêté pour identifier la source d'un article publié mi-juillet et faisant état d'une déposition de Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt. Patrice de Maistre déclarait à la police s'être vu suggérer par Eric Woerth, actuel ministre du Travail, l'embauche de son épouse en 2007.

La DCRI nie avoir enquêté directement sur le journal ou ses reporters et assure ne s'être intéressée qu'à ce qu'elle voit comme la source du Monde, David Sénat, un magistrat qui était en poste au cabinet de la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, et a été contraint de quitter ces fonctions.

Ce dernier aurait été suspecté, selon le directeur général de la police, Frédéric Péchenard, uniquement parce qu'il était déjà en délicatesse avec son ministère du fait de sa possible implication dans une affaire pénale et dans un épisode de l'affaire des faux fichiers Clearstream.

Frédéric Péchenard assure avoir consulté une personnalité de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), une instance administrative indépendante, pour procéder à l'examen du relevé des communications téléphoniques de David Sénat. La CNCIS a démenti cette version.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser