BFMTV

Le Mediator à l'origine de 500 morts en France

-

- - -

Le Mediator, médicament pour les diabétiques interdit de vente depuis 2009, aurait fait 500 morts en 30 ans en France. Et les autorités sanitaires redoutent que le nombre augmente, car les effets mettent plusieurs années à apparaître.

Le Mediator, médicament pour les diabétiques interdit de vente depuis 2009, aurait fait 500 morts en 30 ans en France, révèle la Caisse nationale d'Assurance Maladie (CNAM). Ce chiffre confirme les résultats d'une étude universitaire publiée en juin, qui donnait une fourchette de 500 à 1.000 décès. La nouvelle enquête a été présentée lundi devant l'Agence française de sécurité sanitaire des produits français (Afssaps), qui doit la rendre publique ce mardi.
Selon la Cnam, entre 1976 et 2009, 500 personnes au minimum sont décédées mortes des suites d'atteintes cardiaques graves - des valvulopathies - après avoir pris du Mediator, fabriqué par les laboratoires Servier. Plus de 3.500 auraient également été hospitalisées pour des lésions cardiaques.

80% des complications dans les 2 ans suivant l'arrêt du traitement

Le Médiator a été retiré du marché en novembre 2009 en raison d'effets secondaires et n'était plus distribué qu'en France depuis 1996. Or l'Afssaps estime qu'entre 1,5 et 2 millions de patients ont été exposés à Mediator en France. Et 80% des complications se produisent dans les deux années qui suivent l'arrêt du traitement, d'où l'inquiétude de plusieurs médecins.

« D'abord de l'essoufflement, puis de l'insuffisance cardiaque... »

Selon le cardiologue Gérard Bapt, également député PS rapporteur de la mission santé de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, « il y a des personnes qui ont pu prendre du Mediator jusqu'en novembre 2009, et chez qui en 2011 ou 2012, on peut voir apparaître une valvulopathie. Ça se manifeste généralement d'abord par de l'essoufflement. Et puis ça peut évoluer vers de l'insuffisance cardiaque, voire parfois des morts rapides ».

En outre, 20% des prescriptions de Mediator effectuées en France ont été sans rapport avec la lutte contre le diabète. Il a notamment été prescrit à des patients en surcharge pondérale pour ses facultés amaigrissantes, ce qui avait donné lieu à plusieurs alertes de la part de l'Afssaps.