BFMTV

"La panique totale", "une scène de film": des lycéens racontent la fusillade à Grasse

Une fusillade a éclaté ce jeudi matin au lycée Tocqueville de Grasse, où plusieurs personnes, dont le proviseur, ont été blessés. Présents dans l'établissement au moment des faits, des lycéens ont témoigné au micro de BFMTV.

"C’était la panique totale", c'est ainsi qu'Achraf décrit le moment où la fusillade a éclaté dans le lycée Tocqueville de Grasse, ce jeudi dans les Alpes-Maritimes. Ce sont exactement les mêmes mots qu'Andreas a utilisés en évoquant cet instant, ajoutant qu'"on se serait cru dans un film".

"J'étais en bas, on a entendu quatre coups de feu", indique Andreas. Achraf quant à lui était à la cantine quand il a vu arriver l'un de ses amis, blessé à la main.

"On ne savait pas encore qui était en vie, on ne savait pas qui était blessé. C'était l'anarchie. Dans le hall, il y avait des traces de sang, j'ai entendu dire que le proviseur était blessé... ", se souvient Andreas.

"Il était tellement gentil..."

Le choc d'abord. La panique, puis la fuite. 

"Au début on s'est mis sous les tables mais ensuite on a tous couru vers l'extérieur. Tout le monde essayait de se sauver, même la surveillante. A un moment, elle voulait fermer les portes, mais elle a fini par courir elle aussi", précise Achraf. Selon lui, le tireur "visait des personnes en particulier".

"Je ne sais pas ce qui s'est passé dans sa tête pour faire ça", s'interroge Andreas, encore visiblement choqué. Achraf explique pour sa part qu'il connaissait très peu le tireur. Le lycéen semble pourtant étonné qu'il soit l'auteur des coups de feu: 

"Il était tellement gentil, c'était pas un gars méchant. Il travaillait dans son coin, il était discret. Je pense que ce sont des persécutions qui l'ont fait péter un plomb", a-t-il estimé.

M.-C.M. et P.P. avec Benoît Ruiz