BFMTV

La fin des CRS sur les plages ? Les maires sont contre

-

- - -

Les critiques de la Cour des comptes, qui s'est prononcée contre le recours à des renforts de CRS l'été pour surveiller les plages, fait bondir jeudi plusieurs maires de stations balnéaires de l'Ouest.

La Cour des comptes "ignore les réalités", a estimé le maire PS de Ouistreham (Calvados), André Ledran. La Cour des comptes a épinglé dans un rapport rendu public mercredi le recours aux CRS pour la surveillance des plages l'été.

"Il est évident que les jeunes de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) n'ont pas cette compétence police qu'ont les CRS", a-t-il ajouté. "Que les CRS soient sur la plage ou dans une caserne à attendre une éventuelle manifestation, je crois qu'ils sont plus utiles sur les plages. C'est l'avis de tous les maires", a assuré l'élu.

"Peiné de l'irresponsabilité de la Cour des comptes"

Le maire UMP des Sables-d'Olonne (Vendée), Louis Guédon, s'est dit "peiné de l'irresponsabilité de la Cour des comptes qui, sur un texte, balaye, sans donner de solution, la sécurité des personnes au bord de la mer".

"Seuls les CRS ont à la fois l'autorité, la capacité d'encadrement et l'habitude des secours aux blessés suffisantes. Les maîtres-nageurs sauveteurs (MNS) civils et la police municipales seuls n'y parviendraient pas", a indiqué pour sa part Yves Metaireau, maire UMP de La Baule en Loire-Atlantique.

Dénonçant les critiques de la Cour des comptes, Unité Police SGP-FO, premier syndicat de CRS et de gardiens de la paix, s'est, dans un communiqué, "interrogé sur de telles conclusions". Il a ajouté, par la voix de son secrétaire général Henri Martini, qu'il "ne laissera pas faire et dire n'importe quoi".