BFMTV

La commune de Dolus-d'Oléron ne veut toujours pas de McDonald's

Image d'illustration

Image d'illustration - AFP

La mairie de Dolus-d'Oléron refuse la construction d'un McDonald's sur son île. Les élus font désormais appel contre la décision de justice accordant le droit à l'enseigne de construire sur l'île.

La mairie de Dolus-d'Oléron (Charente-Maritime) a décidé ce lundi de faire appel d'une décision de justice annulant le refus de la commune d'accorder un permis de construire à l'enseigne de restauration rapide McDonald's.

Le 21 septembre, le tribunal administratif de Poitiers avait annulé la décision du maire (DVG) de Dolus-d'Oléron, Grégory Gendre, de refuser le permis de construire à McDonald's. Elle avait également prononcé une injonction de délivrer ledit permis sous peine d'une astreinte de 300 euros par jour de retard dans le délai d'un mois à compter de la notification du jugement.

Les élus demandent l'arrêt de l'astreinte

"Les élu-e-s de l'équipe municipale ont décidé de ne pas signer le permis de construire déposé par l'enseigne de restauration rapide, et de se pourvoir en appel auprès de la cour administrative d'appel de Bordeaux. En parallèle, ils ont également demandé le sursis à exécution de l'astreinte de 300 euros par jour", a fait savoir la commune dans un communiqué. 

Grégory Gendre a pris, par le passé, trois arrêtés de refus de permis de construire, en mai 2014, avril 2015 et août 2016. Dans sa plaidoirie, le 7 septembre, l'avocat de McDonald's avait invoqué une position idéologique de la mairie, Grégory Gendre étant un ancien cadre de l'association de défense de l'environnement Greenpeace. 

Un bras de fer depuis 2014

Le maire, lui, mettait en avant le caractère accidentogène du projet, le parking commun prévu pour un magasin et le McDonald's n'étant pas assez grand, selon lui.

Depuis le début de ce bras de fer, les détracteurs du maire de Dolus-d'Oléron, fondateur avant son élection de l'association Roule ma frite qui recycle les huiles de fritures en additif au diesel, s'amusent du fait que l'élu refuse une enseigne qui pourrait grandement fournir l'association en matière première.

S.Z avec AFP