BFMTV

L'ex-comptable de Bettencourt à nouveau entendue par la police

Claire Thibout, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a été à nouveau entendue mardi par des policiers de la brigade financière, a annoncé son avocat, Me Antoine Gillot. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Claire Thibout, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a été à nouveau entendue mardi par des policiers de la brigade financière, a annoncé son avocat, Me Antoine Gillot. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard - -

PARIS (Reuters) - Claire Thibout, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a été à nouveau entendue mardi par des policiers...

PARIS (Reuters) - Claire Thibout, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a été à nouveau entendue mardi par des policiers de la brigade financière, a annoncé son avocat, Me Antoine Gillot.

Cette audition, qui marque la reprise des actes de procédure dans le cadre des enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Nanterre, a été programmée la semaine dernière et les enquêteurs ont attendu le retour de vacances de Claire Thibout.

"Les enquêteurs voulaient à nouveau l'interroger sur l'indemnité de 400.000 euros qu'elle avait reçue en 2008 de Mme Meyers-Bettencourt", la fille de la milliardaire en conflit juridique avec sa mère, a expliqué Me Gillot.

Françoise Meyers-Bettencourt estime que sa mère est victime du photographe François-Marie Banier, qui aurait profité de la "faiblesse" de l'héritière de L'Oréal âgée de 87 ans pour obtenir des dons d'un milliard d'euros.

Le versement de 400.000 euros d'indemnités à Claire Thibout par la fille de Liliane Bettencourt a jeté le doute sur son témoignage contre le photographe et sur ses déclarations selon lesquelles la milliardaire avait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Depuis la publication d'enregistrements clandestins de conversations de Liliane Bettencourt, le ministre du Travail, Eric Woerth, qui était le trésorier de la campagne de 2007, est au centre d'une tourmente politique dans la mesure où il était responsable du dossier fiscal de la milliardaire lorsqu'il était ministre du Budget de 2007 à 2009.

Ce versement discrédite la déposition de Claire Thibout aux yeux des avocats des personnes qu'elle met en cause puisqu'elle aurait pu être payée pour accréditer les affirmations de la fille de la milliardaire sur l'abus de faiblesse présumé de Liliane Bettencourt par son entourage.

Me Gillot a expliqué à plusieurs reprises que le versement effectué en deux fois par Françoise Meyers-Bettencourt résultait d'un engagement pris par André Bettencourt, mari de Liliane Bettencourt décédé fin 2007. Me Olivier Metzner, avocat de Françoise Meyers, a soutenu cette version.

La somme est venue compléter les 500.000 euros d'indemnités de licenciement versés par Liliane Bettencourt en 2008.

Les carnets de Claire Thibout, remis par Liliane Bettencourt aux enquêteurs, portent trace de retraits d'argent, avec les mentions "Monsieur", "Madame" ou "Bettencourt" qui, selon la comptable, constituaient un code pour les versements aux hommes politiques.

Chantal Trovel, ancienne secrétaire particulière d'André Bettencourt, a fait un témoignage similaire. Les deux femmes disent cependant ne jamais avoir assisté directement à des remises d'espèces. D'autres employés ont dit aux policiers n'avoir pas connaissance de cette habitude supposée.

Yves Clarisse, édité par Gilles Trequesser