BFMTV

L'affaire de la vieille dame de Bordeaux en procès

Six personnes dont quatre notables de Bordeaux comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de la ville. Elles sont soupçonnées depuis 2007 d'avoir organisé la spoliation de Jeanine Terrasson, une veuve atteinte de la maladie d'Alzheim

Six personnes dont quatre notables de Bordeaux comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de la ville. Elles sont soupçonnées depuis 2007 d'avoir organisé la spoliation de Jeanine Terrasson, une veuve atteinte de la maladie d'Alzheim - -

BORDEAUX (Reuters) - Six personnes dont quatre notables de Bordeaux comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de la ville pour...

BORDEAUX (Reuters) - Six personnes dont quatre notables de Bordeaux comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de la ville pour une affaire de spoliation d'une riche octogénaire qui a défrayé la chronique.

Les six prévenus sont soupçonnés depuis 2007 d'avoir organisé la spoliation de Jeanine Terrasson, une veuve atteinte de la maladie d'Alzheimer et placée sous curatelle renforcée.

Nicole Dumont, voyante aujourd'hui âgée de 55 ans, est la principale accusée. Elle est poursuivie pour abus de faiblesse et association de malfaiteurs, comme les trois autres personnalités, ainsi qu'abus de confiance aggravé par "la particulière vulnérabilité de la victime", la complicité de ce dernier chef étant retenu contre les trois autres.

Deux autres personnes comparaissent pour complicité d'abus de faiblesse et de recel d'objets provenant de cet abus.

Le 25 janvier 2007, François-Xavier Bordeaux, 62 ans, ancien banquier, ex-chef de l'opposition socialiste sous Jacques Chaban-Delmas mais devenu proche de son successeur Alain Juppé, ainsi que la voyante étaient mis en examen et placés en détention après une plainte déposée pour vol par le tuteur.

Jean-François Lhérété, aujourd'hui 58 ans, le directeur des Affaires culturelles de la Ville de Bordeaux, ancien haut cadre de banque, a également été incarcéré.

Martine Moulin-Boudard, adjointe au maire chargée du patrimoine, et surtout avocate de Jeanine Terrasson, a été mise en examen pour "violation du secret professionnel".

UNE VIEILLE DAME FORTUNÉE

A l'origine de l'affaire, la relation amicale entre Nicole Dumont et Jeanine Terrasson qui conduira la vieille dame à faire de la voyante sa légataire universelle en 2004.

La fortune de l'octogénaire, ses biens immobiliers et mobiliers de valeur, ses oeuvres d'art dont elle faisait la collection, sont au centre des questions auxquelles les acteurs du procès auront à apporter des réponses.

C'est en effet pour avoir emporté des biens de la vieille dame et pour avoir retiré de l'argent sur ses comptes en Suisse que tous sont aujourd'hui poursuivis.

Depuis le début de l'affaire, les prévenus ont répété qu'ils avaient agi en faveur de Jeanine Terrasson qui, bien que riche, vivait quasiment à l'abandon dans son appartement du centre de Bordeaux, notamment en mettant ses biens à l'abri des convoitises de gens mal intentionnés.

François-Xavier Bordeaux a depuis le début de l'affaire ouvert un blog sur internet dans lequel il dénonce une véritable machination visant en fait Alain Juppé.

Le complot aurait pour lui deux origines.

La première viendrait d'une partie de la droite bordelaise n'ayant pas admis le rapprochement du maire avec l'ancien chef de l'opposition, à l'époque particulièrement tenace dans ses combats contre Jacques Chaban-Delmas.

La deuxième aurait été orchestrée par des proches de Nicolas Sarkozy ayant voulu éclabousser l'ancien Premier ministre en vue de l'élection présidentielle.

Alain Juppé n'a jamais commenté cette affaire.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse