BFMTV

Isère: une promotion pour le passager du gendarme ivre ayant fauché un couple de retraités en voiture

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Mychele Daniau - AFP

Si le responsable de l'accident a été condamné à 18 mois de prison ferme, son collègue, assis à côté de lui le jour de l'accident, vient d'être promu lieutenant.

Le drame a eu lieu en février dernier en Isère. Un gendarme qui revenait d'une après-midi arrosée dans un bar avec ses collègues avait provoqué un carambolage sur une route départementale, tuant un couple de retraités et blessant grièvement une autre femme. Le militaire était ivre au moment de l'accident et accompagné, sur le siège passager, de l'un de ses collègues. Avant de prendre le volant, l'homme de 35 ans condamné à 18 mois de prison ferme avait bu six pintes de bières en compagnie d'autres gendarmes.

Malgré cette condamnation, la famille des deux septuagénaires tués est aujourd'hui en colère. En effet, le gendarme qui accompagnait le responsable a reçu une promotion le 26 juillet dernier, devenant ainsi lieutenant.

"Ce gendarme a accompagné pendant tout un après-midi dans sa consommation d'alcool le chauffard responsable de l'accident, qui a été condamné à 18 mois de prison ferme. Il l'a non seulement laissé repartir en voiture avec 2,54 g d'alcool dans le sang (...) mais surtout il était son passager jusqu'au moment où le véhicule est venu percuter et broyer la voiture de mes parents", dénonce Céline Duron, fille du couple de retraités, dans les colonnes du Parisien.

En avril, avec ses trois frères, elle avait déjà dénoncé une "enquête bâclée". Ils avaient également déposé plainte pour " homicides involontaires et non-empêchement de délit", jugeant que les gendarmes présents au bar avec leur collègue ivre et son passager étaient potentiellement responsables de la mort de leurs parents.

"C'est presque risible, surréaliste"

La promotion du gendarme est d'autant plus incompréhensible pour Céline, Alain, Guillaume et Olivier Duron que l'homme avait été sanctionné d'un blâme du ministre de l'Intérieur après les faits.

"Il s'agit d'un officier de gendarmerie qui va se voir confier des fonctions d'encadrement, de commandement. Avec, entre autres, des missions de sécurité routière. Lorsqu'on a vu son comportement le jour de l'accident, cela est presque risible, surréaliste", estime la fille du couple tué, toujours dans Le Parisien.

Le jour de l'accident, la fille de 8 ans du gendarme ivre et le fils de 11 ans de son collègue promu étaient assis à l'arrière de la voiture.

Pour justifier la montée en grade du militaire, la gendarmerie a assuré qu'il s'agissait d'une promotion automatique accordée à sa sortie de l'école des officiers de Melun. Mais pour les enfants des retraités tués, cette explication ne suffit pas. Ils estiment que ce genre de promotion devrait être suspendue au regard du contexte.

Juliette Mitoyen