BFMTV

Hérault: l'auxiliaire de vie empoisonnait les tartines d'une patiente au Lexomil

Des pilules - Image d'illustration

Des pilules - Image d'illustration - Gatis Gribusts - CC

Elle a été condamnée à trois ans de prison avec mandat de dépôt.

Le pot aux roses a été découvert par une amie de cette trentenaire frappée d'une maladie neuro-dégénérative, diabétique, mal voyante et handicapée à 100%, qui venait lui rendre visite à son domicile de Castelnau-le-Lez dans l'Hérault.

Alors qu'elle préparait du café dans la cuisine, la connaissance découvre, cachés dans le micro-ondes, huit cachets de Lexomil, un puissant anxiolytique, déposés sur une tartine de confiture rapporte le Midi-Libre

Immédiatement, l'alerte est donnée auprès de la gendarmerie et, très vite, les regards se tournent vers l'auxiliaire de vie en charge de la patiente. D'autant plus qu'après analyse capillaire de la trentenaire, il est découvert une présence massive du médicament. Comme le précise encore le quotidien régional, cette absorption aurait aggravé son "tableau neurologique" et donc son état général.

"Je ne voulais pas la tuer"

Si les faits remontent à 2017, ce n'est que cette semaine que le cas de l'auxiliaire était jugé à Montpellier. Devant la cour, la principale suspecte a bien tenté de se justifier ,assurant qu'elle "voulait être tranquille."

"Depuis quelques temps, j’ai envie de mettre fin à mes jours", a-t-elle également expliqué entre plusieurs sanglots. "Je ne voulais pas la tuer, je n’ai pas réfléchi", ajoute-t-elle. 

Une défense qui n'a que très peu convaincu, d'autant plus que l'auxiliaire avait déjà, par le passé, été inquiétée pour ses agissements. Déjà placée sous contrôle judiciaire, cette mère de trois enfants avait été reconnue coupable d'avoir volé des chèques à une personne vulnérable. 

Au final, elle a été reconnue coupable des faits qui lui sont reprochés et a été condamnée à trois ans de prison avec mandat de dépôt. La sanction est accompagnée d'une interdiction de cinq ans d'exercer aux côtés de personnes vulnérables. 

Hugo Septier