BFMTV

Hérault: une cinquantaine d'individus encagoulés incendient un local autoroutier à Bessan

Le local incendié.

Le local incendié. - BFMTV

Des individus encagoulés ont mis le feu au premier étage d'un local autoroutier à Bessan, dans l'Hérault, dans la nuit de mardi à mercredi.

Une cinquantaine d'individus, le visage recouvert d'une cagoule, ont mis le feu au premier étage du bâtiment ASF (pour Autoroute du sud de la France) dans la nuit de mardi à ce mercredi, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Des dégâts "relativement importants" ont été causés, précise une source judiciaire. Les fauteurs de troubles ne portaient pas de gilets jaunes, selon nos informations.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Béziers et confiée à la compagnie de gendarmerie de Pezenas, et notamment à la brigade de recherche, alors que les individus avaient pris la fuite à l'arrivée des gendarmes. Le groupe Vinci, propriétaire du local vandalisé, a confirmé l'incendie auprès de l'AFP, précisant que l'évaluation des dégâts étaient en cours. 

Un bâtiment déjà incendié

Ce week-end, le rez-de-chaussée du bâtiment a déjà été incendié. Les auteurs avaient déjà pris la fuite lorsque les gendarmes sont arrivés sur les lieux. "Le péage de Bessan en particulier a été le théâtre d'exactions qui ont amené les forces de l'ordre à intervenir et à procéder à une douzaine d'interpellations", avait fait savoir le préfet de l'Hérault.

A l'instar des radars, les péages cristallisent la colère sociale ces dernières semaines. Dans la nuit de lundi à mardi, un incendie a détruit une partie de la barrière de péage de l'autoroute A50 à Bandol. Le groupe de BTP et de concessions Vinci a ainsi estimé à “plusieurs dizaines de millions d’euros” le montant des dégâts commis sur l'ensemble de son réseau en marge des manifestations. Mardi, le groupe a annoncé vouloir faire payer les conducteurs qui ont bénéficié des "péages gratuits" lors de la mobilisation des gilets jaunes. Avant de renoncer.

Mélanie Vecchio avec Justine Chevalier