BFMTV

Gilets jaunes: à quelle mobilisation s'attendre samedi?

Les gilets jaunes prévoient de manifester un peu partout en France ce samedi 15 décembre, pour le cinquième week-end consécutif. Le dispositif de sécurité exceptionnel de la semaine dernière va être maintenu, mais il reste difficile de prévoir l'ampleur du mouvement.

Quelques jours seulement après l'attaque de Strasbourg, des incertitudes persistent sur l'ampleur d'un éventuel acte 5 des gilets jaunes samedi.

Au sein même des gilets jaunes, les voix sont discordantes. Certains appellent à l'apaisement et au dialogue, tandis que d'autres veulent maintenir la pression sur le gouvernement. Sur les réseaux sociaux, plusieurs dizaines de milliers de personnes se disent intéressées par un cinquième samedi de mobilisation. 

À la suite des mesures annoncées lundi par Emmanuel Macron, la Bretonne Jacline Mouraud, l'une des porte-parole des gilets jaunes libres, a appelé à une trêve pour sortir de cette crise, estimant qu'il y avait "des avancées, une porte ouverte". 

Nicolas Prissette, l'un de nos éditorialistes politiques, table lui aussi sur une mobilisation en déclin: "Il y a de moins en moins de monde, week-end après week-end", estime-t-il. "Pourquoi? Parce qu'une partie des revendications ont été satisfaites sur le pouvoir d'achat, le gouvernement a renoncé aux taxes, des primes défiscalisées ont été annoncées, des mesures pour les smicards".

Mobilisation éparse en région

Mais nombre de manifestants veulent poursuivre le mouvement, considérant que les mesures gouvernementales ne sont pas à la hauteur. À Paris, le rendez-vous avait d'abord été donné à 9h30 samedi matin sur les Champs-Elysées, mais un sitting géant est finalement envisagé entre 10h30 et 12h30 place de l'Opéra. Des rassemblements sont aussi prévus au niveau de la porte Maillot ou encore la gare Saint-Lazare aux alentours de 10h. 

Moins de bus en direction de la capitale ont cependant été affrétés, car de nombreux gilets jaunes prévoient d'être mobilisés en région. À Marseille, un appel à se retrouver sur le Vieux-Port à 10h a été lancé. Deux manifestations distinctes sont prévues à Bordeaux: un premier rassemblement statique et pacifique à 13 heures, place de la Victoire, et un deuxième à 14 h place de la Bourse qui pourrait être rejoint par les lycéens.

Deux rassemblements sont également prévus à Nantes, ainsi que trois à Toulouse qui devraient converger en vue de mettre en place une opération escargot. Le passage du tunnel du Mont-Blanc devrait aussi être perturbé et un appel à manifester place de la République à Dijon a été lancé.

L'opération péage gratuit mise en place dans le Vaucluse devrait être reconduite, notamment au niveau du péage de Roquemaure. A Saint-Brieuc en Bretagne, les gilets jaunes se disent particulièrement motivés, ils se retrouveront à 9h sur un rond-point avant d'aller bloquer une zone commerciale.

À Saint-Etienne, où se retrouvent environ 3.000 personnes chaque semaine, le rendez-vous est fixé à 14h30 place du Peuple, juste avant une marche dans la ville. Les manifestants pourraient y être plus nombreux ce samedi, car ils pourraient être rejoints par les Lyonnais, puisque aucune manifestation n'y est prévue ce week-end. 

Un dispositif de sécurité exceptionnel

Pour Jérôme, gilet jaune employé dans l'événementiel, la mobilisation doit évidemment se poursuivre. "Tant qu'on n'a pas eu ce qu'on attendait, on continuera. Parce que ce qu'on nous a promis c'est que de la poudre aux yeux (...) L'Etat doit nous impliquer dans ses prises de décision".

"Non, le mouvement ne baisse pas" assurait Medhi, gilet jaune du département du Nord jeudi sur notre antenne. "Pourquoi? Parce qu'on est toujours dans la même galère, avec des fins de mois difficiles".

Ce vendredi, le préfet de police de Paris Michel Delpuech a annoncé la reconduite du dispositif de sécurité exceptionnel mis en place la semaine dernière. Huit mille membres des forces de l'ordre et 14 blindés seront encore mobilisés ce samedi, uniquement dans la capitale.

Jeanne Bulant