BFMTV

Falcone: "Il y aura plutôt de la pédagogie" que des sanctions contre les policiers

Le directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, ce vendredi.

Le directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, ce vendredi. - Capture d'écran Europe 1

Ce vendredi matin, le directeur de la police nationale s'est montré à l'écoute des policiers, qui manifestent sans autorisation depuis lundi. "La colère des policiers est légitime", a-t-il reconnu sur Europe 1.

Après quatre nuits consécutives de manifestations surprises de policiers, pour exprimer leur ras-le-bol, le directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, a tenté d'éteindre l'incendie, ce vendredi sur Europe 1. Interrogé sur d'éventuelles sanctions contre les policiers frondeurs, le patron de la police nationale a promis qu'il "y aura plutôt de la pédagogie". 

Alors que Thomas Sotto le relance, en lui demandant de confirmer s'il y aura seulement de la pédagogie, et pas de sanctions pour les policiers manifestants, Jean-Marc Falcone répond: "Je pense, oui".

"La colère des policiers peut s'entendre"

"Actuellement, je ne peux pas dire si sanctions il y aura, (...) l'IGPN a été saisie", a rappelé Jean-Marc Falcone, soulignant que pour les forces de l'ordre, "il y a d'autres moyens d'exprimer leur colère et leur émotion" que de manifester, sans autorisation, "pendant leur service".

Mais pendant cet entretien de plusieurs minutes, il s'est montré surtout compréhensif face à "la colère des policiers", qu'il juge "légitime", loin de la fermeté affichée au début du mouvement

"La colère des policiers peut s'entendre, se comprend: je peux la partager. Ils policiers sont soumis à une pression et une fatigue incontestables", a répété Jean-Marc Falcone.

Des propositions à Cazeneuve sur les moyens matériels

Aussi, Jean-Marc Falcone a-t-il assuré qu'il ferait des propositions à Bernard Cazeneuve sur les moyens matériels "la semaine prochaine":

"Le ministre de l'Intérieur m'a demandé expressément de mettre en oeuvre et de lui faire des propositions dans le courant de la semaine prochaine sur un plan dit sécurité publique. Maintenant il faut qu'on passe à une phase pour mieux équiper, rééquiper, donner plus de moyens" aux policiers des unités de sécurité publique, a-t-il promis. 

C. P.