BFMTV

Évasion de Redoine Faïd: les plus célèbres cavales

Après son évasion, Redoine Faïd et ses complices ont utilisé cette voiture qui a été retrouvée dans le parking d'un centre commercial d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis

Après son évasion, Redoine Faïd et ses complices ont utilisé cette voiture qui a été retrouvée dans le parking d'un centre commercial d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis - Geoffroy Van Der Hasselt-AFP

Redoine Faïd est de nouveau en cavale. Avant lui, d'autres détenus ont réussi à s'échapper de leur cellule. Mais pour ces fugitifs, l'issue a rarement été positive.

Il est le fugitif le plus recherché de France. Depuis un peu plus de vingt-quatre heures, Redoine Faïd est en cavale. Ce récidiviste condamné à vingt-cinq ans de réclusion criminelle pour un braquage raté qui a coûté la vie à une policière a réussi à s'échapper dimanche du centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne. Avec l'aide de trois complices, il s'est envolé à bord d'un hélicoptère. Quelque 3000 policiers et gendarmes sont à ses trousses.

Et l'homme n'en est pas à sa première évasion. En 2013, il s'échappait de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin, dans le Nord, en prenant en otage des surveillants et en détruisant les portes de la prison à l'aide d'explosifs. Sa cavale avait duré six semaines. Le fugitif avait finalement été retrouvé dans un hôtel de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, avec un complice.

Avant lui, d'autres détenus sont parvenus à s'évader de leur prison française. Mais la plupart du temps, ils ont regagné leur cellule après avoir été retrouvés par les forces de l'ordre. Voici les cavales qui ont le plus marqué l'histoire.

Jean-Pierre Treiber, caché dans un carton

Fin 2009, Jean-Pierre Treiber nargue la police pendant plus de deux mois. Le meurtrier présumé de Géraldine Giraud et Katia Lherbier est parvenu à s'enfuir de la maison d'arrêt d'Auxerre, dans l'Yonne, dans des conditions rocambolesques: caché dans un carton, à bord d'un camion de livraison, il a réussi à déjouer la sécurité.

Il envoie de multiples lettres et photographies aux journalistes avant d'être finalement arrêté le 20 novembre 2009, dans un appartement de Melun, en Seine-et-Marne. Brice Hortefeux, alors ministre de l'Intérieur, se félicite dans un communiqué en expliquant que "dans la quasi-totalité des cas, les évadés sont repris dans les huit mois qui suivent leur évasion".

Yvan Colonna dans le maquis corse

Dans la nuit du 22 au 23 mai 1999, Yvan Colonna décide de disparaître. Son nom est évoqué dans l'enquête sur l'assassinat du préfet Erignac, tué à Ajaccio en février 1998. Il faudra plus de quatre ans aux enquêteurs pour retrouver sa trace. Le 4 juillet 2003, les hommes du Raid encerclent la bergerie d'Olmeto, en Corse-du-Sud. La cavale d'Yvan Colonna s'achève. Il a depuis été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Christophe Khider: sept évasions?

  • Sa dernière cavale n'a duré que trente-six heures. Christophe Khider est pourtant un habitué. Il se serait évadé quatre voire sept fois selon l'administration pénitentiaire, assurait France info. Condamné à trente ans de prison pour meurtre en 1999, ses méthodes rappellent celle de Redoine Faïd. Le 15 février 2009, lui et un co-détenu profitent d'un parloir pour prendre en otage deux surveillants, avant de faire exploser les portes du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l'Allier. Au petit matin du 17 février, Christophe Khider est arrêté après une course-poursuite et une fusillade avec la police.

Ismael Berasategui remplacé par son frère

En 2002, Ismael Berasategui Escudero, membre présumé de l'organisation séparatiste basque ETA, s'évade de la prison de la Santé, à Paris, en se faisant remplacer par son frère qui lui rendait visite au parloir. Il attendra cinq jours pour révéler la supercherie. Le fugitif sera retrouvé un an plus tard.

Antonio Ferrara, "le roi de la belle"

Il est surnommé "le roi de la belle", pour ses multiples évasions. Le 12 mars 2003, un commando d'une dizaine d'hommes prend d'assaut la prison de Fresnes pour récupérer Antonio Ferrara. Le braqueur fait alors sauter fenêtre et barreaux de sa cellule avec des explosifs fournis par un surveillant. Une évasion spectaculaire, qui se conclut quatre mois plus tard dans un bar du 12e arrondissement de Paris. Bilan de cette cavale: Antonio Ferrara est condamné à douze ans de réclusion criminelle.

Jacques Mesrine

Lui aussi avait appris à déjouer les plans des forces de l'ordre. Jacques Mesrine était un spécialiste de la cavale, mais sa dernière évasion lui a coûté la vie. En mai 1978, il s'échappe de la prison de la Santé, à Paris, en ligotant deux gardiens. Avec un autre détenu, ils récupèrent des armes qui étaient cachées dans un faux plafond. Une fusillade éclate mais ils parviennent à neutraliser 14 surveillants. Libre, il reprend son activité de criminel. Un an plus tard, le 2 novembre 1979, il meurt dans un face-à-face avec la police.

Pascal Payet s'enfuit en hélicoptère

Le 14 juillet 2007, Pascal Payet, lui aussi détenu particulièrement signalé comme Redoine Faïd, parvient à s'évader de la maison d'arrêt de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, par hélicoptère. Il était pourtant l'un des prisonniers les plus surveillés de France et ne restait jamais plus de six mois dans le même établissement. Il est interpellé deux mois plus tard dans la banlieue de Barcelone. Il sera ensuite écroué dans un lieu tenu secret.

  • Albert Spaggiari n'a jamais été retrouvé

Toutes les évasions ne se terminent pas par une arrestation. Albert Spaggiari, cerveau présumé du "gang des égoutiers" en est la preuve. En mars 1977, entendu par un juge d'instruction, il saute par la fenêtre, atterrit 7 mètres plus bas sur le toit d'une voiture et se fait la belle. Il ne sera jamais rattrapé par la police et enverra un chèque au propriétaire de la voiture endommagée. Au cours de sa nouvelle vie, il publie plusieurs livres et se paie même le luxe d'être interviewé par Bernard Pivot pour l'émission littéraire Apostrophes. Il meurt d'un cancer en 1989 en Italie.

C.H.A. avec Mathieu Dehlinger