BFMTV

En Ardèche, le Safari de Peaugres réfléchit à couper les cornes de ses rhinocéros

-

- - Illustration - Deux rhinocéros du zoo de Thoiry - THOMAS SAMSON - AFP

En région parisienne, un rhinocéros au Zoo de Thoiry a été abattu par des braconniers dans la nuit de lundi à mardi. En réaction et pour décourager les braconniers, le Safari de Peaugres, en Ardèche réfléchi à couper les cornes de ses animaux, selon France bleu.

Des braconniers ont abattu un rhinocéros du parc animalier de Thoiry, dans les Yvelines, et ont tronçonné sa corne, dans la nuit de lundi à mardi. Depuis, les enquêteurs mènent l'enquête pour retrouver les auteurs de cet acte criminel. Et en Ardèche, le Safari de Peaugres réfléchit sur comment renforcer la sécurité pour ses animaux, rapporte ce jeudi France bleu. Alors, pour décourager les braconniers, le zoo envisage de couper les cornes de ses rhinocéros. 

"On n'a pas encore pris la décision. Mais on se dit qu'entre voir un rhinocéros avec sa corne en moins mais vivant, et le retrouver mort un matin... il faut se demander qu'est-ce qui est le mieux pour la survie des rhinocéros. Car les experts estiment qu'il n'y aura plus de rhinocéros dans la nature d'ici dix ans à cause du braconnage, explique Cécile Dubois, directrice adjointe du Safari de Peaugres au micro de France bleu"

Aussi, pour l'heure, les moyens humains et vidéo vont être renforcés. 

Un trafic très lucratif

Ce trafic est particulièrement lucratif: la corne, faite de kératine comme les ongles humains, peut se vendre jusqu'à 60.000 dollars le kilo sur le marché noir, soit près de deux fois le prix de l'or. Celle de Vince, le rhinocéros tué, d'une longueur d'environ 20 cm, est estimée entre 30.000 et 40.000 euros. 

Aucun précédent n'a au lieu dans un zoo en Europe.

"Il y a quelques années, il y a eu des vols de cornes dans les salles de vente aux enchères, des lieux d'exposition, mais sur du non-vivant", a précisé le responsable du programme "Commerce des espèces sauvages" au WWF, Stéphane Ringuet.

E. H.