BFMTV

Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie: l’avocat d’une victime de l’Hyper Cacher dépose un recours

Me Axel Metzker s’oppose à la sortie de prison du jihadiste et à son expulsion vers l’Algérie, en raison de ce qu’il peut encore révéler à la justice française concernant les attaques de 2015.

Djamel Beghal va-t-il bien sortir de prison? Cette figure du jihadisme français, qui purge une peine de 10 ans de prison, doit être expulsée vers l’Algérie lundi. Mais l’avocat d’une victime de l’Hyper Cacher a déposé un recours contre la libération de celui que certains considèrent comme le mentor d’Amedy Coulibaly, l’auteur de l’attaque, et celui des frères Kouachi, derrière l’attentat contre Charlie Hebdo.

"C’est un individu qui connaît très bien les frères Kouachi", explique Me Axel Metzker. "Par conséquent le témoin numéro 1 va être expulsé de France. Il a des choses qu’il doit révéler à la justice française et les parties civiles ont des questions à lui poser."

"Beghal a travaillé avec Al-Qaïda"

En 2005, le Franco-Algérien de 52 ans est déchu de la nationalité française. La France a obtenu de l’Algérie qu’elle le récupère, au prix d’intenses négociations entre les deux pays. Une décision d’autant plus incompréhensible pour l’avocat que l’instruction des attentats de 2015 est toujours en cours:

"Pour l’instant, on a mis en détention ceux qui ont acheté certaines armes, mais ceux qui ont donné les idées, ceux qui ont endoctriné les frères Kouachi?", interroge-t-il. "Encore une fois, Beghal a travaillé avec Al-Qaïda, ceux qui ont provoqué le World Trade Center en 2001. Comment on peut oublier tout ça?"

Djamel Beghal a été condamné en 2013 pour un projet d’évasion du terroriste Smaïn Aït Ali Belkacem. Déjà en 2005, il avait été condamné pour "association de malfaiteurs terroristes". Il n’est à ce jour pas inquiété par la justice pour les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Pour tenter de l’empêcher de quitter le sol français, Me Metzker assure être prêt à porter plainte contre le jihadiste pour complicité d’assassinat si son recours était rejeté.

B.P. avec Rym Bey