BFMTV

Des bombardiers russes interceptés au large de la Bretagne

Le 22 septembre dernier, deux bombardiers russes ont été interceptés au large de la Bretagne par des Rafale français. Une provocation de la part de Moscou, qui rappelle certaines heures de la Guerre froide.

Une nouvelle provocation de la part de Moscou? Deux chasseurs bombardiers russes ont frôlé les côtes bretonnes, le 22 septembre dernier, révèle le journal Le Télégramme, ce mardi, citant une note publiée sur le site du ministère de la Défense, le lendemain de l'incident. 

Un premier incident en février

Alors qu'ils volaient de la Norvège jusqu'en Espagne, les deux bombardiers ont d'abord été escortés par des avions de chasse F-16 norvégiens, puis par la Royal Air Force britannique. C'est cette dernière qui a averti la France, qui a envoyé à son tour deux Rafale pour les escorter de la Bretagne jusqu'au large de Mont-de-Marsan, dans les Landes, selon Le Télégramme.

Les deux Tupolev Tu-160 auraient volé à une centaine de kilomètres des côtes bretonnes, affirme de son côté RTL, rappelant qu'un incident similaire s'était déjà produit en février 2016, lorsque deux bombardiers russes avaient été interceptés en train de voler au large du Touquet. Ils avaient alors été interceptés et escortés par des chasseurs français et britanniques, au-dessus de la Manche. 

Une provocation

La Russie n'ayant pas besoin de ce genre de vol pour obtenir des renseignements, les vols constatés le 22 septembre pourraient relever de la simple provocation à l'égard des membres de l'OTAN, relève Le Télégramme, qui y voit surtout un message de puissance retrouvée envoyé par Moscou à l'Occident, à l'heure où les intérêts s'affrontent indirectement en Syrie, et où les Russes ignorent les accusations des Nations unies concernant les bombardements sur Alep. 

A.S.