BFMTV

Crash de l'A320: retrouvez les événements de ce mardi, minute par minute

L'avion s'est écrasé dans les Alpes-de-Hautes-Provences, dans le massif des Trois-Evêchés.

L'avion s'est écrasé dans les Alpes-de-Hautes-Provences, dans le massif des Trois-Evêchés. - Gendarmerie nationale ; montage BFMTV

Un avion de la compagnie Germanwings transportant 150 passagers s'est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence, près de Digne-les-Bains, ce mardi vers 11 heures. Il n'y aurait pas de survivant d'après les autorités françaises.

>> L'ESSENTIEL

Un airbus A320 de la compagnie Germanwings s'est écrasé mardi en fin de matinée dans les Alpes-de-Haute-Provence, près de Barcelonnette. Il effectuait la liaison entre Barcelone et Düsseldorf.

Il n'y aurait aucun survivant, selon François Hollande et le ministre des Transports, Alain Vidalies.

Il y avait 144 passagers à bord ainsi que six membres d'équipage: deux pilotes et quatre hôtesses ou stewards.

  • Un numéro vert a été mis en place pour les familles: 0800 00 97 85

00h00 - Fin du live

C'est la fin de cet article en direct. Merci à tous de l'avoir suivi. Nous reprendrons notre suivi des informations dès la première heure ce mercredi matin. En attendant, vous avez la possibilité de consulter notre article de synthèse en cliquant sur ce lien.

23h30 - Les recherches reprendront à l'aube, des gendarmes vont bivouaquer cette nuit

Le travail d'enquête sur la zone du crash de l'Airbus de German Wings près de Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) reprendra mercredi matin à l'aube avec l'héliportage d'une trentaine d'hommes, a indiqué mardi un responsable de gendarmerie.

"Une trentaine de gendarmes du PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne) se rendra sur place entre 05H30 et 06H00. Ils sécuriseront la zone pour permettre aux enquêteurs et aux experts de travailler", a déclaré le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini.

"Une caravane de 65 gendarmes est également partie dès ce soir pour chercher un accès pédestre. Ils vont bivouaquer sur place", a-t-il ajouté, précisant que cinq gendarmes sont également restés sur place pour protéger la zone d'enquête.

22h40 - Un dispositif "très important" est prévu pour accueillir les familles de victimes

Responsable locale de la sécurité civile, Marion Cotteril a apporté quelques détails sur le dispositif "très important" qui est mis en place pour accueillir les familles des victimes sur les lieux du drame. 

En tout, ce sont "plus d'une cinquantaine de personnes" qui vont prendre en charge les familles des victimes, a-t-il été précisé.

22h30 - La boîte noire retrouvée contient les conversations du cockpit

La première des deux boîtes noire de l'appareil, retrouvée en fin d'après-midi, était en cours d'acheminement vers Paris, ce mardi soir, pour être analysée le plus rapidement possible par les experts du Bureau d'enquêtes et analyses (BEA).

Selon les informations de BFMTV, il s'agit de la boîte noire qui contient les échanges du cockpit de l'appareil, la "CVR". Quant à la "DFDR", qui enregistre elle toutes les données de vol, elle était encore activement recherchée.

21h20 - Les contrôleurs aériens "n'ont pas pu joindre" les pilotes

Les contrôleurs aériens "ont cherché à joindre par radio" l'A320 de Germanwings quand ils se sont aperçu qu'il perdait de l'altitude mais ils "n'ont pas pu obtenir une réponse", a déclaré ce mardi soir le procureur de la République de Marseille sur notre antenne.

"Pour l'instant, les enquêteurs travaillent, pour notamment entendre huit témoins", a annoncé Brice Robin.

"Nous sommes dans le recueil d'investigations et de dépositions afin d'avoir les éléments les plus précis pour savoir ce qui s'est passé", a déclaré celui qui a ouvert une enquête pour homicide involontaire après la chute de l'appareil à 1.500 mètres d'altitude dans les Alpes-de-Haute-Provence. 

20h45 - Cinq ministres "en état de choc"

Les cinq ministres des gouvernements français, allemand et espagnol ont survolé la scène du crash. "Ce que nous venons de voir (...) ce sont des images d'horreur, c'est un drame épouvantable", dit Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères. La ministre espagnole des Transports, Ana Pastor, a elle aussi dit son "état de choc, car le site du drame est vraiment affreux". Les trois ministres ont survolé la zone avec Bernard Cazeneuve et Ségolène Royal.

20h20 - Un Mirage dépêché sur la zone

Selon nos informations, mardi à 10h38, après que le contact a été perdu avec l'avion, un Mirage 2000 de la base d'Orange, qui était en permanence opérationnelle, a été détourné de sa mission originale par le centre national des opérations aériennes de Lyon. Objectif: voir s'il existait une trace d'impact de l'avion. Le Mirage n'a finalement pas trouvé de traces. Ce sont des hélicoptères de la gendarmerie qui ont localisé l'impact du crash vers 11 heures du matin.

20h00 - Hollande, Merkel et Rajoy dans les Alpes mercredi

François Hollande arrivera à Seyne-les-Alpes à 14 heures, à l'issue du conseil des ministres. Il sera accompagné d'Angela Merkel et de Mariano Rajoy. Ils se recueilleront dans la chapelle ardente et visiteront les dispositifs de secours.

19h50 - Les familles attendues dans la soirée

Les familles des victimes doivent arriver dans la soirée à Seyne-les-Alpes, près des lieux de l'accident. Pour elles, le gouvernement a réservé des chambres pour les accueillir dans un rayon allant de Seyne-les-Alpes à Barcelonnette, indique La Provence. "On s'attend à recevoir de 5 à 8.000 personnes", indique le directeur du cabinet du maire de Digne. La halle sportive et le palais des congrès seront utilisés pour accueillir les familles.

19h40 - Les hélicoptères cessent de survoler la zone

Les hélicoptères des secours ont cessé de survoler la zone dans laquelle l'avion s'est écrasé. Ils reprendront leurs vols au lever du jour, affirme la gendarmerie. "On a laissé sur place cinq gendarmes qui ont été hélitreuillés", a précisé le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini.

19h35 - Germanwings en deuil

La compagnie aérienne a changé la couleur de son logo sur Twitter: de violet et jaune, il est devenu noir.

19h30 - Les images du lieu du drame

Les images du lieu du crash montrent des milliers de débris éparpillés sur une zone très escarpée.

19h25 - L'identification commence mercredi

Le lieutenant-colonel Menichini affirme sur RTL que le travail d'identification des corps doit commencer mercredi.

19h15 - Ils ont failli prendre l'avion...

L'équipe de football suédois, le Dalkurd FF de Borlänge, un club de 3e division, a du mal à y croire. Ses membres auraient dû monter dans l'A320, après un stage en Catalogne. C'était sans compter un changement de dernière minute, à cause de l'attente trop longue à l'aéroport de Düsseldorf, qui leur a finalement sauvé la vie. 

19h10 - Le silence des pilotes

Alors que l'avion chutait, aucun signal de détresse n'a été déclenché. "Le grand mystère de cet accident reste le silence (des pilotes, ndlr) pendant 12 minutes", remarque Jean Serrat sur BFMTV.

18h55 - "Un accident" pour la Lufthansa

La compagnie aérienne évoque, via sa porte-parole Heike Birlenbach, "un accident", et estime que toute autre théorie relèverait de la "spéculation". 

18h50 - Trois jours de deuil en Espagne

L'Espagne va observer trois jours de deuil national en hommage aux disparus de la catastrophe. C'est la vice-présidente du gouvernement, Soraya Sainz de Santamaria, qui a annoncé la publication d'un décret dans ce sens. Elle ajoute qu'une minute de silence sera respectée mercredi à midi "dans toutes les administrations publiques."

18h45 - Manuel Valls en allemand et en espagnol

Le Premier ministre a tweeté en allemand et en espagnol pour envoyer ses "pensées aux familles des victimes". "Nous travaillons main dans la main avec l'Allemagne et l'Espagne", assure-t-il.

18h40 - Des témoins racontent

Ils ont aperçu l'avion de la compagnie Germanwings lors de ses dernières minutes de vol, alertés par le bruit assourdissant. D'autres pu survoler les lieux du terrible crash >> Voici les premiers témoignages.

18h30 - Ségolène Royal arrive sur la zone

La ministre de l'Ecologie est aussi ministre de tutelle du secrétaire d'Etat des Transports, Alain Vidalies. C'est à ce titre qu'elle va s'exprimer dans quelques minutes.

17h54 - L'avion pris en chasse par un avion de l'armée

Selon Le Monde, un avion de chasse de l'armée de l'air est allé au contact de l'appareil ainsi qu'un hélicoptère de la gendarmerie pour prévenir notamment tout acte de terrorisme. Toutefois, rien ne dit qu'ils soient arrivés à temps pour assister au crash.

17h49 - Une des boîtes noires de l'appareil a été retrouvée, confirme Bernard Cazeneuve

Le ministre de l'Intérieur annonce qu'"une boîte noire a été retrouvée et va être transmise aux services d'enquête". Il se trouve à Seyne-les-Alpes, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau du site où s'est écrasé l'avion, à 1.500 m d'altitude.

17h46 - Hollande accueillera Merkel et Rajoy "sur les lieux de la catastrophe" mercredi 

François Hollande accueillera la chancelière allemande et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy mercredi après-midi "sur les lieux de la catastrophe" du crash de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings, a-t-on appris mardi auprès de l'Elysée.

17h34 - "Un avion de 30 ans ce n’est pas vieux s’il est bien entretenu"

Pour Gérard Feldzer consultant aéronautique de BFMTV, l’âge de l’avion n’a pas forcément de lien avec le crash. "Un avion de 30 ans ce n’est pas vieux s’il est bien entretenu. C’est prévu pour ça, insiste le consultant aéronautique. Il y a des avions qui ont volé 40 ans et plus."

17h25 - Valls suspend sa campagne pour 24 heures

Matignon confirme la suspension de la campagne pour les départementales de Manuel Valls pour 24 heures. Le Premier ministre devait se rendre à Fresnes mardi soir, dans le Val-de-Marne.

17h10 - "Une terrible nouvelle" pour le maire d'Haltern

Bodo Klimpel, le maire d'Haltern, ville d'où viennent 16 adolescents disparus dans l'accident, parle du "jour le plus triste de l'histoire de la ville". "Les élèves étaient en Espagne depuis une semaine. Les parents ont appris la nouvelle par les médias"", précise-t-il. "Demain l'école aura lieu mais les cours ne seront pas ordinaires. Les élèves seront invités à parler du drame". Un hommage doit également avoir lieu.

17h00 - "Aucune chance qu'il y ait des survivants"

"L'avion est complètement disloqué", explique sur BFMTV Gilbert Sauvan, le président du Conseil général de Haute-Provence. "Le plus gros morceau doit être aussi grand qu'une petite voiture. Il n'y a aucune chance qu'il y ait des survivants", estime-t-il.

16h27 - Bernard Cazeneuve s'exprime

Le ministre de l'Intérieur présente ses "condoléances" à l'Allemagne et l'Espagne. "Nous sommes dans la compassion après ce drame terrible survenu mardi matin. Nous mobilisons des moyens exceptionnels de secours", affirme Bernard Cazeneuve. "il faut maintenant que l'enquête permette de déterminer les causes et les circonstances de ce drame", ajoute le ministre. "Il importe de rester prudent", ajoute-t-il. Une cellule interministérielle de crise a été ouverte.

16h20 - Christophe Castaner: "des images épouvantables"

Le député des Alpes-de-Haute-Provence Christophe Castaner a survolé la zone du drame en hélicoptère avec le ministre de l'Intérieur. Il parle d'"images épouvantables".

Sur BFMTV, le député confirme que l'endroit est "très escarpé. Même les gendarmes de haute-montagne sont équipés spécialement pour y accéder, comme lorsqu'ils marchent sur un glacier."

16h17 - Le roi Felipe VI est parti pour l'Espagne

Leur visite aura été écourtée par le drame. Le roi Felipe VI et son épouse, arrivés mardi midi à Paris, sont déjà repartis pour l'Espagne aux environs de 16 heures.

16h15 - 82 hommes et 60 femmes

Peu à peu, on en sait davantage sur les victimes. Il y avait 82 hommes et 60 femmes, ainsi que deux bébés à bord de l'avion, annoncent les gendarmes sur place.

16h10 - A Haltern, le lycée a fermé

Le lycée Joseph-König d'Haltern, d'où venaient les 16 adolescents disparus, a été fermé et une cellule de crise ouverte pour les parents, rapporte le journal local, le Halterner Zeitung. Un collaborateur de la municipalité a été envoyé à Düsseldorf pour recueillir davantage d'informations. Les familles attendent désormais une confirmation officielle de la disparition des enfants.

16h05 - Les Etats-Unis offrent leur aide

Barack Obama a été informé du crash, indique la Maison-Blanche. Le président américain a offert l'aide des Etats-Unis.

16h00 - Bernard Cazeneuve est arrivé sur place

Le ministre de l'Intérieur est le premier membre du gouvernement à arriver sur les lieux du drame. Il devrait donner une conférence de presse d'une minute à l'autre. Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, sont en chemin, ainsi que leurs homologues allemand et espagnol.

15h35 - La phase judiciaire s'ouvre

Sur les lieux du drame, c'est désormais la phase judiciaire du drame qui va s'ouvrir, comme l'indique Jérémy Trottin, journaliste BFMTV sur place.

15h30 - Les 16 ados allemands dans l'avion

Le maire de la ville espagnole où les 16 lycéens allemands étaient en échange scolaire indique qu'ils devaient être à bord de l'avion. Le site du Halterner Zeitung, journal local de la ville d'où venaient les lycéens, indique que le lycée espagnol avait reçu confirmation que le groupe était bien monté dans l'avion.

15h20 - Valls: "aucune hypothèse ne peut être écartée"

Devant l'Assemblée nationale, Manuel Valls a indiqué qu'"à ce stade, aucune hypothèse ne peut être écartée" dans le crash. Il a également précisé qu'"une cellule de crise (pour les familles des victimes) a été ouverte au ministère des Affaires étrangères".

15h05 - 67 Allemands dans l'avion

"Il y avait deux bébés dans l'avion", explique le PDG de Germanwings, Thomas Winkelmann, qui donne une conférence de presse. "A 10h01, l'avion a quitté l’aéroport de Barcelone avec 144 passagers à bord, dont 2 bébés, 6 membres d'équipages. A 10h35, l’avion a atteint 38.000 pieds mais au bout d’une minute, il a décroché et a commencé à perdre de l’altitude. Cela a duré 8 minutes. Le contact de l’avion avec les radars français a été perdu à 10h53. L’avion se trouvait alors à une hauteur de 6.000 pieds. Il s’est ensuite écrasé."

"Le dernier check-up de l'avion a eu lieu en mars à Düsseldorf et a été réalisé par notre équipe", ajoute Thomas Winkelmann. Selon lui, "il y aurait 67 allemands" à bord de l'avion. Une information pas encore confirmée officiellement.

15h00 - Des lycéens parmi les victimes?

La presse allemande indique qu'un groupe de 16 lycéens allemands de la ville d'Haltern, en Westphalie, était dans l'avion, accompagnés de deux professeures. Ils rentraient d'échange scolaire, selon Bild.

14h35 - Pas de message de détresse

C'est désormais officiel: l'équipage de l'A320 n'a pas émis de signal de détresse, annonce la Direction générale de l'aviation civile. "C'est le contrôle aérien qui a décidé de déclarer l'avion en détresse car il n'avait plus aucun contact avec l'équipage et l'avion", explique-t-elle.

14h33 - Angela Merkel se rend en France mercredi

"Le crash est un choc qui nous plonge dans une profonde tristesse. Pour l'heure, il est trop tôt pour spéculer sur les causes de ce crash. Toutes nos pensées vont aux familles", dit la chancelière allemande qui s'exprime de Berlin. Angela Merkel annonce qu'elle se rend sur les lieux du drame mercredi.

14h30 - Sarkozy exprime son "immense douleur"

Le président de l'UMP a réagi lui aussi à l'accident. Sur Twitter, il exprime sa "solidarité" et envoie ses "condoléances aux proches des victimes".

14h29 - Valls annule son déplacement à Fresnes

Le Premier ministre reporte à mercredi son déplacement de campagne à Fresnes, dans le Val-de-Marne.

14h20 - Des numéros pour les proches

Des numéros de téléphone ont été mis en place pour les proches des passagers, indique le ministère de l'Intérieur. Depuis l'Allemagne: 0800 11 3355 77, et depuis l'Espagne: 902 400 012.

14h15 - Angela Merkel s'exprime dans 15 minutes

La chancelière allemande, "bouleversée" selon son porte-parole, va s'exprimer à 14h30 devant la presse. Elle a annulé tous ses rendez-vous du jour.

14h05 - Les proches arrivent à l'aéroport de Düsseldorf

Peu à peu, les proches des passagers du vol arrivent à l'aéroport de Düsseldorf, explique le Huffpost allemand. Elles sont prises en charge dans l'espace VIP de l'aéroport, à l'abri des regards.

14h00 - L'arme anti-Ryanair de la Lufthansa

La compagnie aérienne dont l'A320 s'est crashé dans la région de Barcelonnette est une filiale de la Lufthansa, configurée pour faire la guerre à easyJet et Ryanair >> Germanwings, l'arme anti-Ryanair de la Lufthansa

13h45 - L'avion s'est écrasé dans "une zone inaccessible" 

L'airbus s'est écrasé en altitude, dans le massif de l'Estrop. C'est une "zone enneigée" et "inaccessible" à des véhicules, a indiqué Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports. L'arrivée des secours risque d'être compliquée par ces conditions particulières.

13h42 - 150 personnes dans l'avion

La compagnie Germanwings confirme que l'airbus qui s'est écrasé contenait 150 personnes: 144 passagers et six membres d'équipage.

13h40 - Pas de victimes françaises, selon Hollande

A son tour, François Hollande prend la parole. "Je comprends parfaitement la décision du roi Felipe VI", dit le chef de l'Etat. Selon lui, il n'y aurait "pas de victimes françaises" du crash mais il admet ne pas en avoir la "totale certitude". François Hollande et Felipe VI vont se rendre au ministère de l'Intérieur pour faire un point sur les opérations en cours.

13h35 - Le roi Felipe VI suspend sa visite à Paris

Sur le perron de l'Elysée, le roi espagnol affirme avoir pris connaissance du "terrible accident". "La reine, Mariano Rajoy et moi-même présentons toutes nos condoléances aux familles des victimes", qui sont majoritairement espagnoles, turques et allemandes. Il a décidé de suspendre sa visite à Paris, peu après son arrivée dans la capitale française, et de la reporter à une date ultérieure.

13h30 - Rajoy "consterné" par la tragédie

Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, s'est dit "consterné" par l'accident et l'a qualifié de "tragédie". Il interrompt son agenda.

13h25 - La catastrophe aérienne la plus meurtrière en 30 ans

Le crash de l'Airbus A320 de Germanwings et ses 148 victimes est la catastrophe aérienne la plus meurtrière en France depuis plus de 30 ans.

13h20 - Germanwings, "une compagnie sérieuse"

Pour Gérard Feldzer, consultant aéronautique de BFMTV, il ne peut y avoir aucun survivant dans un crash à une telle altitude. L'avion mis en service en 1990 volait à son altitude de croisière, 9.000 mètres d'altitude, quand un message de détresse a été envoyé. L'ancien pilote qui a survolé à plusieurs reprises la zone estime que l'appareil suivait sa trajectoire normale entre Barcelone et Düsseldorf. Il rappelle enfin que la compagnie Germanwings est "sérieuse" et l'Airbus A320 "fiable".

13h18 - François Hollande a appelé Angela Merkel

Le président français a appelé la chancelière allemande pour l'assurer de la "solidarité" et du "soutien" de la France. l'ambassadrice d'Allemagne en France part avec Bernard Cazeneuve sur les lieux du drame.

13h15 - Germanwings va tenir une conférence de presse

La compagnie de l'avion qui s'est écrasé, Germanwings, va tenir une conférence de presse près de l'aéroport de Cologne-Bonn, à 15 heures;

13h10 - Ségolène Royal écourte son voyage à Londres

Ségolène Royal, ministre de tutelle des Transports va écourter sa visite à Londre, où elle était arrivée lundi, pour se rendre sur le lieu du crash de l'airbus A320, près de Barcelonette.

13h - Les conditions météo étaient bonnes ce matin

Au moment du crash, le ciel était dégagé avec peu de vent. Des averses de neige sont attendues cet après-midi et pourraient rendre difficile l'accès des secours, notamment des hélicoptères. 

12h50 - "Un jour noir pour Lufthansa"

Lufthansa, dont Germanwings est une filiale "ne sait pas encore ce qui s'est passé", indique la compagnie sur Twitter. Si l'accident est confirmé, c'est "un jour noir pour Lufthansa. Nous espérons retrouver des survivants".

12h35 - Le syndicat des contrôleurs aériens suspend son appel à la grève

Dans un communiqué, le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens indique suspendre son appel à la grève qui devait débuter ce mercredi. "Dans ces circonstances dramatiques et considérant l'émotion que cet accident suscite, notamment chez les contrôleurs aériens, le SNCTA décide de suspendre son préavis de grève".

12h20 - Le dernier crash en France remonte à 2000.

En juillet 2000, le Concorde s'était écrasé sur un hôtel à Gonesse près de Roissy. 113 personnes avaient été tuées dans l'accident.

12h15 - L'avion en état de détresse avant le crash

"Le vol s'est déclaré en état de détresse à 10h47", précise la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). L'avion a ensuite disparu des écrans.

12h10 - L'avion s'est écrasé ans une zone montagneuse

La zone de l'accident se trouve dans une zone montagneuse, difficile d'accès précisent plusieurs élus locaux. Le maire de Barcelonette Pierre Martin-Charpenel indique sur BFMTV que le vallon dans lequel a eu lieu l'accident est "peu habité (...) très long et enneigé".

12h05 - Mise en place d'une cellule de crise

Manuel Valls a annoncé l'activation d'une cellule de crise interministérielle. Elle est localisée au ministère de l'Intérieur, place Beauvau.

12h - François Hollande confirme le crash

Le président de la République a exprimé sa solidarité "Les conditions de l'accident laissent penser qu'il n'y aurait aucun survivant", a regretté le président de la République indiquant la création d'une cellule de crise. François Hollande a tenu à exprimer sa "solidarité avec les familles des victimes". Le président s'entretiendra avec le roi d'Espagne en visite à Paris ce mardi, ainsi qu'avec la chancelière allemande.

11h50 - Bernard Cazeneuve va se rendre sur place

Après l'annonce de l'accident, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'il allait se rendre sur place. Bernard Cazeneuve précise que les secours et les pompiers sont en route sur les lieux du crash.

11h45 - L'avion était parti de Barcelone

L'A320 effectuait la liaison entre Barcelone et Düsseldorf. 148 personnes dont 6 membres d'équipage étaient à bord. Il s'est écrasé près de Dignes-les-Bains.

A. K., C. B.