BFMTV

Corse: un incendie ravage une salle de prière musulmane à Ajaccio

Un incendie a eu lieu samedi à l'aube dans une salle de prière musulmane à Ajaccio, en Corse-du-Sud.

Un incendie a eu lieu samedi à l'aube dans une salle de prière musulmane à Ajaccio, en Corse-du-Sud. - BFMTV

Un incendie a eu lieu samedi à l'aube dans une salle de prière musulmane à Ajaccio, en Corse-du-Sud. La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs.

Un incendie a provoqué d'importants dégâts dans une salle de réunion qui sert aussi de salle de prière musulmane, à Mezzavia, à la périphérie d'Ajaccio. Le feu a pris vers 4h30 samedi matin, pour une raison encore indéterminée. Ce sont les fidèles qui se rendaient à la prière de 5 heures qui ont appelé les pompiers.

La police scientifique s'est rendue sur place pour procéder aux premières constatations. Très tôt, le procureur de la République à Ajaccio, Eric Bouillard, a indiqué que la piste criminelle était privilégiée, ce qu'a confirmé dans un communiqué le préfet de Corse Christophe Mirmand, qui avait évoqué samedi matin sur place "des traces d'hydrocarbures" découvertes lors des premiers relevés. L'enquête ouverte pour dégradation par incendie a été confiée à la police judiciaire et aux enquêteurs de la sécurité publique.

"Un acte vil et odieux"

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait part de sa "solidarité aux musulmans de Corse". "Si l'origine criminelle est confirmée elle donnera lieu à la recherche active des auteurs, qui devront répondre de cet acte inacceptable devant la justice. Le ministre de l'Intérieur rappelle la détermination du gouvernement à assurer la protection de tous les lieux de culte, et à assurer la liberté de culte partout sur le territoire", a ajouté le ministre.

"Les dégâts sont très, très importants", a déploré auprès de l'AFP Abdallah Zekri, le président de l'Observatoire contre l'islamophobie, qui "condamne avec force cet acte vil et odieux". "Il y avait eu une accalmie depuis la fin de l'année, malheureusement, certaines personnes mal intentionnées veulent mettre le feu", regrette Abdallah Zekri.

Pas la première fois

Cette salle de prière est l'une des deux plus grandes d'Ajaccio. Elle a déjà fait l'objet d'actes de vandalisme et de racisme. Des têtes de sanglier avaient été retrouvées à deux reprises devant sa porte.

La fin de l'année avait été tendue à Ajaccio. Pendant deux jours, des manifestations et rassemblements racistes avaient eu lieu pour protester contre l'agression de deux pompiers et un policier la nuit de Noël. "A ce stade on ne fait pas de lien entre les du faits mois de décembre et les faits de cette nuit", précise le procureur.

K. L.