BFMTV

Confrontés chez le juge, Nabilla et Thomas campent sur leurs positions

Devant le juge, Nabilla et au Thomas ont continué à livrer chacun une version différente des faits.

Devant le juge, Nabilla et au Thomas ont continué à livrer chacun une version différente des faits. - Eeric Feferberg - AFP

Les deux starlettes de téléréalité, Nabilla Benattia et son compagnon  Thomas Vergara ont persisté à livrer des versions des faits jugées contradictoires et peu crédibles par les enquêteurs. La jeune femme pourrait toutefois bénéficier d'une liberté conditionnelle avant Noël.

L'enquête n'a guère pu avancer. La vedette de téléréalité Nabilla, mise en examen pour tentative de meurtre, et son compagnon, ont tous deux campé sur leurs positions lors d'une confrontation ce mardi. Toutefois, la starlette pourrait se voir offrir une liberté conditionnelle avant Noël, a confié une source au parquet de Nanterre.

Soupçonnée d'avoir porté un coup de couteau au thorax de son petit ami Thomas Vergara dans une chambre d'hôtel de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, Nabilla Benattia est écrouée depuis le 9 novembre à la maison d'arrêt de Versailles.

La confrontation, qui a duré plus de quatre heures, s'est déroulée dans le bureau du juge d'instruction dans une atmosphère "plutôt sereine malgré quelques moments de tension", selon une source proche du dossier.

Des scénarios peu crédibles

Mais cette nouvelle étape judiciaire n'a pas beaucoup fait avancer l'enquête. "On pouvait espérer aboutir à une seule version des faits, cela n'a pas été le cas", a relevé le parquet, qui souligne que les scénarios contradictoires avancés par Nabilla Benattia et Thomas Vergara restent "peu crédibles au regard des constatations du médecin légiste".

La plantureuse brune de 22 ans campe sur ses positions. Elle maintient qu'au cours d'une violente dispute Thomas Vergara s'est blessé seul avec le couteau. Son petit ami assure que c'est elle qui tenait l'arme et lui a porté un coup "dans la confusion" alors qu'il essayait de la maîtriser.

"Dans les deux cas, cela ne colle pas. L'arme s'est enfoncée de plusieurs centimètres dans les chairs et il a fallu une puissance certaine pour le porter", a estimé le parquet.

Vers une prochaine remise en liberté conditionnelle?

Nabilla, qui avait un temps affirmé être régulièrement frappée par un homme "violent", "sous l'emprise de la drogue", est en revanche quelque peu revenue sur ses premières déclarations, assurant que la situation était en réalité "moins tendue que ce qu'elle avait pu dire", selon une source proche du dossier. Cette confrontation ouvre la voie à une possible prochaine remise en liberté de Nabilla.

Une demande en ce sens a de nouveau été déposée par les avocats de la starlette et, ce coup-ci, le ministère public ne devrait pas s'opposer à cette nouvelle requête. "Toutes les investigations nécessaires ont été faites et nous en tirerons les conséquences", explique-t-on au parquet de Nanterre.

La décision doit être prise sous huit jours. "Elle sera donc très certainement sortie de prison avant Noël", assure la source proche du dossier. La cour d'appel de Versailles avait rejeté fin novembre une première demande de remise en liberté.

Une idylle tumultueuse

L'idylle entre Nabilla et Thomas Vergara, rencontré en 2013 sur le tournage de l'émission "Les Anges de la téléréalité", a toujours été tumultueuse d'après leur entourage. La justice soupçonne la jeune femme d'avoir déjà blessé son petit ami avec une arme blanche en août dans les Bouches-du-Rhône.

Célèbre pour ses extravagances télévisuelles et ses coups de sang, Nabilla a été la seconde recherche phare sur Google.fr en 2014, juste après l'actrice Julie Gayet mais devant la Coupe du monde de football.

Jé. M. avec AFP