BFMTV

Colombes: Darmanin a porté plainte contre le maire ayant comparé la police à celle du régime de Vichy

Gérald Darmanin

Gérald Darmanin - Eric Piermont

Le ministre de l'Intérieur a porté plainte ce lundi contre le maire de Colombes après les propos rapprochant les méthodes des forces de l'ordre de celles de la police du funeste régime de Vichy.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a porté plainte ce lundi contre Patrick Chaimovitch, le maire EELV de Colombes, après les propos de ce dernier comparant les forces de l'ordre à la police du régime de Vichy.

"J'ai saisi ce jour le procureur de la République de Nanterre d'une plainte contre le maire de Colombes pour injure publique envers la police nationale et la gendarmerie nationale", a-t-il indiqué sur Twitter.

"Le même zèle"

Sur une vidéo datée du 20 juillet dernier, au cours d'une commémoration de la rafle du Vel d'Hiv', on entend ainsi le maire nouvellement élu de la commune des Hauts-de-Seine comparer l'attitude de la police nationale envers les migrants à celle à la manoeuvre lors de l'arrestation de 13.152 Juifs, dont 4115 enfants.

"Les policiers français, les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en oeuvre la rafle du Vel d'Hiv, et d'autres rafles encore après et ailleurs, sont les ancêtres de ceux qui aujourd'hui, avec le même zèle, traquent les migrants, les sans-papiers, les déboutés des droits humains", entend-on Patrick Chaimovitch déclarer dans cette vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

"Indécent"

Dimanche soir, le ministre de l'Intérieur avait déjà menacé de porter plainte si les propos étaient avérés.

De leur côté, les syndicats de police ont qualifié d'"indécents" et d'"inacceptables" les propos de l'édile colombien.

"Il déshonore son mandat. Il est une honte pour la République. Comparer les policiers actuels avec ceux du régime de Vichy: c'est indigne (...), a ainsi tweeté le syndicat indépendant des commissaires de police.

Le maire assure les forces de l'ordre de son soutien

"Bien entendu, il n'y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d'un Etat démocratique d'une part, et police et gendarmerie de l'Etat pétainiste", a expliqué dans un communiqué lundi le maire de Colombes, à la suite de la réaction du ministre de l'Intérieur. L'élu rappelle son "soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles".

"Jamais je ne dirai que le sort des migrants est comparable au sort des Juifs promis à l'extermination", écrit encore le maire, assurant que ses déclarations visaient à "inciter à défendre l'Etat de droit et à être vigilant contre tous les bafouements des droits humains".

L'adjoint au maire de Colombes Alexis Bachelay a réagi sur BFMTV, ne parlant pas de rétropédalage mais de "rectification", de la part du maire dans son communiqué, au sujet d'un propos "sorti de son contexte", soit un discours de 10 minutes. "Ce propos a été extrait, en amont et en aval d'autres choses ont été dites", assure l'adjoint. "Ça ne justifie pas l'ampleur qu'a pris cette polémique et le dépôt de plainte du ministre de l'Intérieur".

Mélanie Vecchio avec François de La Taille