BFMTV

Colis piégé à Lyon: un suspect interpellé

Le colis piégé a explosé devant une boutique La brioche dorée, vendredi 24 mai 2019.

Le colis piégé a explosé devant une boutique La brioche dorée, vendredi 24 mai 2019. - Philippe Desmazes - AFP

Trois jours après l'attaque au colis piégé dans le centre-ville de Lyon, un homme de 24 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Les parents et le frère du suspect ont également été placés en garde à vue afin d'en apprendre plus sur lui. Sa soeur est entendue en audition libre. Une perquisition est en cours près de Lyon.

Un homme soupçonné d'être l'auteur de l'attaque au colis piégé, qui a eu lieu vendredi après-midi à Lyon, "vient d'être interpellé", a annoncé ce lundi matin le ministre de l'Intérieur.

Les parents et le frère - âgé de 18 ans - du principal suspect ont également été interpellés et placés en garde à vue. Sa soeur est entendue en audition libre. Le but de ces actions est d'en apprendre davantage sur l'homme soupçonné d'être l'auteur de l'attaque, son emploi du temps, ses habitudes et ses relations. 

Selon nos informations, le principal suspect est un jeune homme de 24 ans et de nationalité algérienne, inconnu des services de police. Il avait dans un premier temps été décrit comme "étudiant en informatique", mais selon nos informations, le suspect n'a pas pu s'inscrire en école d'ingénieur à son arrivée en France en 2018, faute de visa. Il ne poursuivait donc pas d'études et n'avait pas d'emploi au moment des faits. Il est, en revanche, bel et bien d'une licence d'informatique obtenue à Oran, en Algérie.

L'individu, qui vivait avec sa famille arrivée en France en 2015, a été arrêté, sans heurt, ce lundi matin à 10h00 boulevard Yves Farge dans le 7e arrondissement de Lyon, à la sortie d'un bus. Il a ensuite été placé en garde à vue. Il est décrit par ses proches comme "quelqu'un de réservé", "qui 'n'avait pas changé de comportement ces derniers temps". 

Perquisition en cours près de Lyon

Selon nos informations, une perquisition, en présence du suspect, est en cours ce lundi à son domicile à Oullins, dans la proche banlieue de Lyon, quelques heures après son interpellation. Les forces de l'ordre ont également entamé une opération de déminage sur les lieux pour s'assurer de l'absence de matériel explosif.

L'intérêt des enquêteurs se focalise sur un petit immeuble rose pâle aux volets en mauvais état, situé à côté d'un supermarché. De nombreux policiers cagoulés, portant un brassard de la police scientifique, se trouvent sur place. Plus d'une dizaine de véhicules de police, dont un fourgon de la police technique et scientifique, bloquaient l'accès à la résidence Les Ifs, située dans un quartier populaire de cette commune du sud de Lyon.

ADN, témoignages et vidéosurveillances

Depuis vendredi après-midi, 90 enquêteurs de la police judiciaire ainsi que 30 agents de la police technique et scientifique étaient mobilisés pour identifier et interpeller l'auteur de cette attaque qui a fait 13 blessés devant la boulangerie la Brioche dorée. Ils sont parvenus à l'identifier dès dimanche soir mais ont attendu qu'il sorte de chez lui ce lundi matin pour l'interpeller, par crainte que des explosifs se trouvent dans son appartement.

Plusieurs éléments ont permis l'identification du suspect. Les enquêteurs ont pu exploiter la géolocalisation de son téléphone portable ainsi que des piles spécifiques qu'il a achetées et qui ont été retrouvées dans le sac en kraft qui contenait l'explosif artisanal déposé devant la boulangerie. Ils disposaient par ailleurs d'une trace ADN retrouvée sur le sac en kraft. Celui-ci ne correspondait cependant à aucune empreinte génétique enregistrée dans le fichier national.

Une difficulté de taille pour les agents de police qui ont par ailleurs pu s'appuyer sur les nombreuses caméras de vidéosurveillances qui émaillent la ville de Lyon. Ils ont également été aidés par les quelque 200 témoignages reçus à la suite des image du suspects captées par des caméras de vidéosurveillance municipale et diffusées par la police. Pour l'heure, ses motivations restent floues et le suspect se montre peu coopératif à ce stade de sa garde à vue qui peut durer jusqu'à 96 heures, a appris BFMTV. Les perquisitions qui doivent avoir lieu devraient permettre d'éclaircir les zones d'ombre. 

Action "déterminante" des forces de l'ordre

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a salué l'action "déterminante" des forces de police. Lors de son déplacement à Lyon ce lundi, il a aussi appelé à la prudence. "Rien à l'heure qu'il est n'est établi" sur le profil du suspect et "l'enquête se poursuit", a rappelé le ministre.

De son côté, Gérard Collomb, maire de Lyon, a "remercié tous les services qui ont permis d'aboutir à ce résultat dans des délais aussi rapides". 

Sarah-Lou Cohen avec Ambre Lepoivre