BFMTV

Cannes: 9 interpellations pour pillages après les inondations

A Cannes, ce dimanche.

A Cannes, ce dimanche. - AFP

Deux des neuf personnes interpellées lors "d'actes de pillages" après les inondations sur la Côte d'Azur vont être déférées devant les juges et sept sont encore en garde à vue, a précisé lundi matin Bernard Cazeneuve, évoquant des "individus sans scrupules".

Après les inondations, les pillages. Alors que 180 mm de pluies torrentielles se sont abattus sur la seule ville de Cannes, dans la nuit de samedi à dimanche, certains individus mal intentionnés auraient profité de la pagaille générale pour se servir dans les magasins abandonnés. Neuf d'entre eux ont été interpellés.

Interrogé sur Europe 1 sur des pillages rapportés du côté de Cannes après les inondations ayant fait dans la région 17 morts et 4 disparus, le ministre de l'Intérieur a répondu qu'il y avait effectivement eu "des actes de pillages, comme il y en a souvent d'ailleurs lorsque des drames de ce type se produisent". "Il y a des individus sans scrupules, des délinquants qui ne reculent devant rien", a-t-il déploré, mais "la police est intervenue très rapidement pour mettre fin aux actes ignobles de ces individus".

Deux déférés et 7 gardés à vue

Les forces de l'ordre ont "arrêté neuf personnes, il y en a deux qui vont être déférées devant les juges et sept qui sont encore en garde à vue", a-t-il poursuivi.

Le maire Les Républicains de la ville, David Lisnard, précisait dimanche lors d'une conférence de presse que: "Tous les quartiers de Cannes sont aujourd'hui sinistrés: de nombreuses vitrines de magasins ont été dégradées, voire ont été perforées, ont volé en éclat, sous la force de l'eau ou du mobilier urbain qui était charrié par l'eau, et nous sommes attachés à protéger aussi les biens - après les personnes, évidemment".

Des CRS déployés en renfort

Deux compagnies de CRS ont été déployées dans le département des Alpes-Maritimes, notamment "pour lutter contre un phénomène de pillages", a annoncé le préfet des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat, sur France Info. "Dans la nuit, il y a eu des scènes de vol", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

"On vit dans une société ahurissante", s'est indigné Eric Ciotti, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, ce dimanche matin sur RTL. "C’est quelque chose qui rajoute l’horreur à l’épouvante".

Selon un bilan établi dimanche après-midi par la préfecture, les intempéries ont fait 2 morts et 3 disparus à Cannes.

C. P.