BFMTV

Canicule: 4 écoliers hospitalisés pour hyperthermie en Charente et 5 collégiens dans le Bas-Rhin

Premiers secours (illustration)

Premiers secours (illustration) - AFP

Quatre enfants ont été hospitalisés, dont deux emmenés par le Samu. Ce soir, tous vont bien.

Quatre enfants âgés de 7 à 12 ans et scolarisés dans une école élémentaire de Charente ont été hospitalisés jeudi après-midi après avoir été pris de malaise et souffert d'hyperthermie, sans que leur état inspire d'inquiétude particulière, a-t-on appris auprès des secours.

Le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) a été alerté peu avant 13h30 sur le cas d'enfants qui se sentaient mal durant leur pause méridienne à l'école de Nersac, à 10 km d'Angoulême. Quatre écoliers ont été transférés à l'hôpital d'Angoulême, pour une hyperthermie grave concernant deux d'entre eux, sévère pour deux autres. Ils devaient y rester le temps d'être réhydratés.

Coup de chaleur pour une vingtaine d'enfants

Selon le rectorat de Poitiers joint par BFMTV, quelques enfants ont, peu après la pause de midi, présenté les signes d'un coup de chaleur. Deux étaient particulièrement apathiques et présentaient une température corporelle supérieure à 37°. La directrice a appelé le Samu, dont le médecin a fait évacuer les deux enfants en question vers le centre hospitalier de Girac.

Il a ensuite diagnostiqué un coup de chaleur sur une vingtaine d’enfants. Il a attribué ce phénomène à l'accumulation de chaleur des quatre derniers jours, plus qu’à une situation précise, dans la cour ou la salle de classe. Les enfants ont été rafraîchis avec de l'eau et des ventilateurs disposés dans la cantine de l'établissement. A 16 heures deux parents ont récupéré puis emmené leurs enfants à l'hôpital. Jeudi soir, les quatre enfants hospitalisés étaient rentrés chez eux.

Vendredi matin, le directeur académique et l'inspecteur de la circonscription seront à l'école. La température attendue localement est de 28 ou 29 degrés, en baisse.

Un autre coup de chaud du côté de Strasbourg

Le cas n'est pas isolé, puisqu'à Barr, dans le Bas-Rhin, 31 collégiens ont également été victimes d'un coup de chaud, rapporte France Bleu Grand Est. Cinq adolescents ont été transportés par les pompiers à l'hôpital de Sélestat pour un "bilan".

Encore, cette fois au collège Jean Lurcat de Nantes a annulé les cours ce jeudi après-midi. Ils reprendront vendredi normalement.

Yves Lambert, directeur du Samu 78, a décrit sur BFMTV le phénomène d'hyperthermie comme "une élévation brutale de la température centrale". "On parle d'hyperthermie théoriquement à partir de 39 degrés mais, selon les âges, cela peut être dès 38 degrés. Cette montée de la température est accompagnée d'un mauvais ressenti comme une bouche sèche, des maux de tête, une sensation de malaise, des nausées, des vomissements", détaille-t-il encore.

De son côté, le ministère de l’Education rappelle que les consignes de vigilance ont été redonnées ce matin eux recteurs à destination des chefs d’établissement et directeurs d’école (faire boire les élèves, pas de sport, maintien le plus possible au frais, utilisation de tout ce qui est à disposition pour maintenir des températures acceptables, au besoin déplacer les élèves dans les salles les plus fraîches.

David Namias et Véronique Fèvre avec AFP