BFMTV

Boris Boillon interpellé avec 350.000 euros en liquide

Boris boillon au Ministère des Affaires Etrangères Tunisien en janvier 2012

Boris boillon au Ministère des Affaires Etrangères Tunisien en janvier 2012 - -

L'ancien ambassadeur de France en Tunisie a été interpellé le 31 juillet dernier à la gare du Nord de Paris.

L'ancien ambassadeur Boris Boillon a été interpellé le 31 juillet dernier à la gare du Nord à Paris, révèle Mediapart. L'ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy à l'Elysée et ambassadeur de France en Irak et en Tunisie était en possession de 350.000 euros et 40.000 dollars en liquide.

Prêt à monter dans un train Thalys pour Bruxelles, Boris Boillon se fait contrôler. Il n'a sur lui ni papiers d'identités ni téléphone mais trois cartes bleues à son nom. Les douaniers le fouillent et trouvent "des enveloppes contenant des billets de banque de 500 euros", rapporte le site internet.

Or la loi interdit le transfert dans un autre pays de l'Union européenne de sommes supérieures à 10.000 euros sans déclaration préalable. Une enquête pour "manquement aux obligations déclaratives" a été ouverte, pour déterminer l'origine des fonds. Le service national des douanes judiciaires a également été saisi.

Des coupures de 500 euros

Quant à Boris Boillon, il a affirmé que cet argent provenait de son activité de consultant à Paris pour des sociétés irakiennes, explique Mediapart. Selon lui, ces prestations étaient rémunérées en liquide du fait des carences du système bancaire irakien. Il devait servir à créer en Belgique, où il habite, une filiale de cette société.

"Je n'étais pas à l'aise avec cet argent qui était stocké en partie dans mon bureau et une autre partie dans une mallette qui était enterrée à côté de ma cave, et je voulais régulariser la chose au plus vite", explique l'ex-ambassadeur, justifiant ainsi son court voyage à Paris.

Arabophone, Boris Boillon avait été nommé en 2006 conseiller diplomatique au ministère de l'Intérieur. Il était devenu ambassadeur de France en Irak en 2009 puis en Tunisie en 2011. Débarqué de Tunis peu après l’élection de François Hollande l'an dernier, Boris Boillon a depuis quitté le Quai d'Orsay pour monter deux sociétés de conseil, dont il est le président.

A. K. et M. P.