BFMTV

Attaque de la préfecture de police: le gardien de la paix qui a abattu Mickaël Harpon, un héros très discret

Photo des cercueils des quatre fonctionnaires de police tués, lors de l'hommage dans la cour de la préfecture de police de Paris

Photo des cercueils des quatre fonctionnaires de police tués, lors de l'hommage dans la cour de la préfecture de police de Paris - BFMTV

Il est celui qui a arrêté Mickaël Harpon dans sa course mortelle, l'abattant dans la cour de la Préfecture. Du président au parquet, son courage a été salué, mais lui préfère rester discret.

Il reste loin des caméras. Jonathan, 24 ans et stagiaire depuis six jours à la préfecture de police de Paris, est celui qui a abattu de deux balles Mickaël Harpon, jeudi dernier. Ce dernier, informaticien au sein du service des renseignements, venait de tuer quatre de ses collègues, et d'en blesser un autre avec un couteau.

"Un courage hors-norme"

Le geste du jeune gardien de la paix a été salué par le préfet de Paris, qui a applaudi "le courage et la détermination" du jeune homme, représentatifs de "l'excellence de la formation de nos fonctionnaires et le sang-froid dont ils savent faire preuve". Le policier a également pu s'entretenir avec le président de la République. Emmanuel Macron n'a pas tari de louanges à son sujet lors de son discours mardi, préservant toutefois son identité.

"Le tribut aurait été plus lourd encore si un gardien de la paix stagiaire, ayant rejoint le métier depuis seulement six jours, n'avait fait preuve d'une maîtrise et d'un courage hors-norme en neutralisant l'assaillant après les sommations requises. Ces murs vibreront longtemps de l'écho de ce geste", a déclaré Emmanuel Macron mardi, lors de l'hommage aux victimes.

Malgré ces congratulations, le jeune homme reste discret. Il n'a pas encore repris son poste pour le moment, préfère garder son anonymat, et se tenir à l'écart des sollicitations et des caméras. D'après nos informations, la Légion d'honneur lui a été proposée, mais il a refusé pour l'instant de la recevoir. Elle pourrait lui être remise à une date ultérieure.

"Le gardien de la paix a fait feu à deux reprises"

Le jour de l'attaque, le jeune gardien de la paix était assigné à l'entrée des locaux, chargé de contrôler le public qui entre dans le bâtiment de la préfecture. L'assaillant, après avoir tué quatre de ses collègues, est descendu dans la cour, à quelques dizaines de mètres du jeune homme.

Le stagiaire lui a intimé l'ordre de poser son arme, il "a fait alors plusieurs sommations afin de lui demander de se rendre sans succès, jusqu'au moment où l'auteur, qui progressait vers lui lentement, s'est mis à courir dans sa direction, en pointant son couteau. Devant sa détermination, le gardien de la paix a fait feu à deux reprises afin de le neutraliser" a raconté Jean-François Ricard, procureur national antiterroriste.

Le jeune homme doit encore poursuivre son stage pendant un an, avant d'être promu brigadier une fois titularisé. Son rêve est d'intégrer une équipe cynophile dans la police, des unités composées de policiers accompagnés de chiens.

Raphaël Maillochon et Mélanie Vecchio avec Salomé Vincendon