BFMTV

Affaire Urvoas/Solère: la cour de justice de la République saisie après les révélations sur l'ex-garde des Sceaux

Jean-Jacques Urvoas, l'ancien ministre de la Justice.

Jean-Jacques Urvoas, l'ancien ministre de la Justice. - Thomas Samson - AFP

Il est soupçonné de violation du secret professionnel. Le procureur général près de la Cour de cassation saisit, "pour avis", la Cour de justice de la République après les révélations du Canard Enchaîné sur l'ancien ministre de la Justice. Jean-Jacques Urvoas aurait, dans l'exercice de ses fonctions, averti Thierry Solère, alors député LR des Hauts-de-Seine, qu'il était visé par une enquête pour fraude fiscale, blanchiment, corruption, trafic d'influence et recel d'abus des biens sociaux.

Selon l'hebdomadaire satirique, l'ancien garde des Sceaux, alors membre du gouvernement de Bernard Cazeneuve, a transmis en mai dernier, à l'entre-deux-tours de la présidentielle, une synthèse confidentielle de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DCAG) sur cette enquête préliminaire ouverte depuis septembre 2016. Le ministre aurait sollicité le document avant de le transmettre - via messagerie cryptée - à Thierry Solère.

C'est lors d'une perquisition, le 29 juin dernier, au domicile du désormais député La République en marche, dans le cadre de cette enquête préliminaire, que les enquêteurs ont découvert cette synthèse conservée dans le téléphone portable de l'intéressé. Ces éléments recueillis sont "susceptibles d'engager la responsabilité pénale de Jean-Jacques Urvoas", a confirmé ce mercredi le parquet de Nanterre.

J.C.