BFMTV

Affaire Ramadan: la justice maintient la mise en examen de l'islamologue

-

- - -

Tariq Ramadan a été mis en examen en février 2018 pour deux viols, dont l'un sur personne vulnérable, qui se seraient déroulés en 2009 et en 2012.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a rejeté la demande de démise en examen déposée par Tariq Ramadan. L'islamologue suisse reste poursuivi pour deux viols, dont un qui sur personne vulnérable, qui se seraient déroulés à Lyon en 2009 et à Paris en 2012.

Déjà à l'été dernier, Tariq Ramadan avait demandé aux juges d'instruction de le placer sous le statut intermédiaire de témoin assisté, première étape vers le non-lieu qu'il réclame. Les juges avaient estimé que cette demande était prématurée. Il avait alors engagé un nouveau recours, examiné au mois de janvier.

La parole des victimes "a pesé plus lourd"

Trois femmes ont porté plainte contre Tariq Ramadan. Ce dernier a été mis en examen en février 2018 pour le viol présumé de Christelle, du prénom donné par les médias, et d'Henda Ayari. Pendant les premiers mois de l'enquête, l'islamologue avait nié les faits. Mais en octobre dernier, Tariq Ramadan, confronté à des SMS envoyés à la première femme, avait fini par reconnaître une relation "consentie".

"C'est des coups, des violences sexuelles, des mots ignobles, d'une vulgarité sans nom. Je hurlais au secours, je hurlais 'non' et plus je hurlais, plus il cognait", a-t-elle témoigné sur BFMTV en novembre dernier.

A l'inverse, la défense de Tariq Ramadan, remis en liberté en novembre, s'est appuyé sur d'autres messages envoyés par la plaignante, des SMS envoyés après les faits présumés. Les enquêteurs de la Brigade criminelle en charge des investigations relèvent des déclarations "fluctuantes", précisant par ailleurs que Christelle commence à parler de viol, et plus de violences, après un rendez-vous avec un avocat. Des éléments de l'enquête avancés par les avocats de Tariq Ramadan.

"La cour d'appel a rendu une décision essentielle en confirmant le fait que M. Tariq Ramadan restait bien mis en examen pour deux viols, a réagi Me Eric Morain, l'avocat de Christelle. Face aux mensonges et aux dénégations de M. Tariq Ramadan, la parole des victimes a pesé plus lourd."

Cécile Ollivier avec Justine Chevalier