BFMTV

Affaire Merah : vers la déclassification de nouveaux documents ?

Manifestation en soutien à Abel Chennouf, militaire tombé sous les balles de Mohamed Merah.

Manifestation en soutien à Abel Chennouf, militaire tombé sous les balles de Mohamed Merah. - -

La famille d'une victime veut avoir accès à des documents classifiés. Objectif de cette requête : savoir si Mohamed Merah a bénéficié d'éventuels soutiens jusqu'à son passage à l'acte.

Sur l'affaire Mohamed Merah, Manuel Valls l'a assuré le 5 février sur le plateau de BFMTV : "tous les documents qui permettront de faire la lumière seront déclassifiés si les juges en charge de l'enquête nous le demandent".

>> A LIRE AUSSI - Affaire Merah : "Tous les documents seront déclassifiés" affirme Valls

La familles d'une des victimes l'a entendu. Leurs avocats ont fait une nouvelle demande lundi de déclassification de documents de la DCRI et de la DGSE pour faire avancer l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier le tueur à scooter de Toulouse et Montauban.

"Nous demandons la déclassification de nouveaux documents au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls" après les déclarations de Manuel Valls selon lequel Mohamed Merah "n'a pas agi en 'loup solitaire'", a indiqué Me Béatrice Dubreuil, avocate des parents d'Abel Chennouf, abattu le 15 mars par Mohamed Merah.

Connaître la vérité sur d'éventuels soutiens

Fin janvier à Bruxelles, Manuel Valls avait affirmé que Mohamed Merah, qui a assassiné sept personnes à Toulouse et Montauban en mars 2012, a été le résultat d'une préparation à priori minutieuse, d'un véritable processus d'apprentissage faits de nombreux contacts. Il n'était pas un "loup solitaire", avait dit Manuel Valls, prenant le contre-pied de son prédécesseur de droite Claude Guéant.

Me Frédéric Picard, avocat de Caroline Chennouf, veuve d'Abel Chennouf, veut connaître "la vérité dans tous ses aspects" et notamment tous les documents de la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur) et de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) sur d'éventuels soutiens et l'environnement de Merah jusqu'à son passage à l'acte".

>> Lire aussi - Affaire Merah : l’histoire d’une défaillance