BFMTV

Affaire Lagarde: l'Etat partie civile?

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde, lors d'une conférence du FMI en avril 2013.

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde, lors d'une conférence du FMI en avril 2013. - -

Pierre Moscovici affirme au "Monde" que l'Etat pourrait agir en justice si les torts étaient avérés. Christine Lagarde pourrait être mise en examen.

Christine Lagarde doit s'expliquer jeudi devant la Cour de justice de la République (CJR) sur la décision de l'Etat de recourir à un tribunal arbitral pour solder le litige avec Bernard Tapie après la vente d'Adidas.

Selon Le Monde, la directrice du FMI a été convoquée en vue d'une mise en examen pour "complicité de faux et détournement de fonds publics". Bernard Tapie avait empoché près de 400 millions d'euros.

Dans cette affaire l'Etat pourrait se consituer partie civile. "Si une atteinte aux intérêts de l'Etat est avérée, alors Bercy se constituera partie civile" à déclaré au Monde le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici.

Se pose aussi la question de sa place à la tête du FMI. De ce côté-là, aucun danger puisque, selon Le Monde, François Hollande l'a assurée de son soutien courant mars. Christine Lagarde "garde toute la confiance des autorités françaises", confirme aussi Pierre Moscovici.


A LIRE AUSSI:

>> Affaire Tapie: "rien de nouveau sous le soleil", pour Lagarde

>> Lagarde peut-elle devoir quitter le FMI?

>> Lagarde convoquée par le CJR

S. A.