BFMTV

Affaire Laetitia: deux constitutions de partie civile rejetées par le tribunal

Dans l'affaire Tony Meilhon, les demandes de constitution de partie civile de sa mère et de la famille d'accueil de Laetitia ont été rejetées par le tribunal.

Dans l'affaire Tony Meilhon, les demandes de constitution de partie civile de sa mère et de la famille d'accueil de Laetitia ont été rejetées par le tribunal. - -

La mère de Tony Meilhon ainsi que la famille d'accueil de Laetitia avaient souhaité se porter partie civile dans le procès de Meilhon. Le tribunal a rejeté leurs requêtes mercredi.

Le procès de Tony Meilhon a commencé mercredi par une bataille juridique. En début d'après-midi, le tribunal a tranché: ni la mère de Tony Meilhon, ni la famille d'accueil de Laetitia Perrais, la famille Patron, ne pourront se porter partie civile dans le procès.

L'audience avait été suspendue en milieu de matinée par le président de la cour d'assises, Dominique Pannetier, pour que la cour puisse délibérer sur cette question.

Gilles Patron entendu comme témoin

Les avocats représentant la soeur jumelle de Laetitia, Jessica Perrais, son père Franck Perrais et sa mère Sylvie Larcher, mais aussi l'avocat de Tony Meilhon, s'étaient opposés à la constitution de partie civile de Gilles Patron, père d'accueil des soeurs Perrais.

Ils ont souligné que le fait qu'il était payé par le Conseil général pour héberger les jumelles n'en faisait pas une victime "directe" du préjudice lié à la mort de Laetitia.

En outre, la famille biologique des jumelles Perrais a souligné la difficulté que constituerait pour elle le fait de s'asseoir aux côtés de Gilles Patron, alors que ce dernier a été mis en examen en août 2011 pour viols et attouchements sur Jessica, une affaire qui pourrait être jugée début 2014.

Gilles Patron ne sera donc pas partie civile, mais sera entendu comme témoin dans l'affaire Meilhon.


À LIRE AUSSI:

>> Affaire Laetitia: Tony Meilhon devant la justice

>> La mère de Tony Meilhon veut se porter partie civile

>> PORTRAIT - Tony Meilhon, petite frappe tombée dans l'ultraviolence