BFMTV

Affaire Adama Traoré: l'avocat de la famille demande l'identification et l'audition d'un témoin

Un rassemblement en mémoire d'Adama Traoré a réuni plus de 20.000 personnes à Paris cette semaine.

Un rassemblement en mémoire d'Adama Traoré a réuni plus de 20.000 personnes à Paris cette semaine. - AFP

L’avocat de la partie civile demande aux juges d’instruction d'identifier et d'entendre un témoin qui a aidé Adama Traoré à échapper à une première interpellation, le 19 juillet 2016, quelques heures avant sa mort.

La famille d'Adama Traoré, mort en 2016 lors de son arrestation par trois gendarmes, réclame l'identification et l'audition d'un témoin ayant aidé le jeune homme de 24 ans à échapper à une première interpellation, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

Dans sa demande d'acte datée de jeudi, révélée par Le Parisien et que BFMTV a pu consulter, Me Yassine Bouzrou considère que ce témoin "est particulièrement important pour comprendre les circonstances de la première interpellation" d'Adama Traoré. Ce dernier est mort le 19 juillet 2016 dans la caserne des gendarmes de Persan, près de deux heures après son arrestation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) et au terme d'une course-poursuite.

Course-poursuite et difficultés respiratoires

Le 19 juillet 2016, en fin d'après-midi, une patrouille de gendarmes interpelle à Beaumont-sur-Oise Bangui, le frère de la victime, pour des soupçons d'extorsion de fonds. Lors de l'arrivée des militaires, Adama Traoré prend une première fois la fuite en courant. Il est poursuivi et arrêté par un fonctionnaire, tandis qu'un autre gendarme arrive en renfort.

Alors que le suspect est menotté au bras, les militaires sont pris à partie par un autre jeune homme. Des coups sont échangés et Adama Traoré en profite pour prendre la fuite de nouveau. C'est ce témoin qui est donc recherché, et non un des gendarmes ayant participé à l'interpellation, comme indiqué dans un premier temps.

Adama Traoré est finalement interpellé quelques instants plus tard par une autre patrouille, et se plaint de difficultés respiratoires. Le jeune homme fait un malaise alors qu'il est escorté en voiture à la gendarmerie de Persan et meurt, malgré l'arrivée des pompiers, moins de deux heures après son interpellation.

L'état de santé d'Adame Traoré en question

Me Bouzrou assure qu'aucune investigation n'a été diligentée pour identifier cet individu hormis l'analyse sans succès de traces de sang sur le vêtement du gendarme. Pour lui, ce témoignage permettrait notamment de connaître la condition physique du jeune homme à ce moment-là. 

Son état de santé est une des questions du dossier érigé en symbole des violences policières et qui a tourné à la bataille d'expertises entre celles ordonnées par la justice, qui mettent hors de cause les gendarmes, et celles privées réalisées à la demande de la famille, qui balayent leurs conclusions.

Mélanie Vecchio et Esther Paolini, avec AFP