BFMTV

Accident d'hélicoptère en Gironde: le château de la Rivière est-il maudit?

James Grégoire (à gauche) et Lam Kok, prennent la pose avec leurs épouses, devant le Château de la Rivière, peu de temps avant le drame, vendredi 20 décembre. La vente de la propriété avait été conclue la veille.

James Grégoire (à gauche) et Lam Kok, prennent la pose avec leurs épouses, devant le Château de la Rivière, peu de temps avant le drame, vendredi 20 décembre. La vente de la propriété avait été conclue la veille. - -

Les trois propriétaires du château de la Rivière sont morts en moins de dix ans dans des crashs aériens.

En moins de dix ans, deux crashs aériens ont coûté la vie aux trois propriétaires successifs du prestigieux château de la Rivière et de son domaine viticole en appellation Fronsac. Dès lors, la "malédiction" du château de la Rivière commence à se murmurer, à tel point que la veuve du milliardaire chinois qui venait de l'acquérir avant de disparaître dans l'accident de vendredi, Mme Kok, de confession bouddhiste, a confié à Sud Ouest vouloir organiser une cérémonie de purification du château mardi.

Deux vénérables venues de la région parisienne sont arrivées dès dimanche sur place, et ont tenu à préciser au quotidien régional que "le château de la Rivière n'est pas un lieu maudit!", avant d'ajouter que la purification sera une "cérémonie traditionnelle, qui se pratique à chaque fois que des personnes s'installent dans de nouveaux lieux. Elle aurait eu lieu de toute façon." D'autres maîtres bouddhistes vont arriver dès lundi à Libourne pour trois journées de prières.

Deux crashs aériens, sept morts

Le 19 février 2002, le propriétaire du château depuis 1994, Jean Leprince, se tue dans le crash de son avion privé au lieu-dit Béchereau, près de l'aérodrome des Artigues-de-Lussac. Avec lui, le pilote et le copilote périssent dans l'accident. Avec l'accident d'hélicoptère de vendredi, dans lequel sont morts Lam Kok, son fils de 12 ans, son interprète et James Grégoire, qui venait tout juste de revendre la propriété, cela fait sept personnes en tout qui ont disparu dans des crashs aériens.

La carcasse de l'hélicoptère, un Robinson R44 jaune et noir, devrait être sortie des eaux dans la journée pour permettre d'en savoir un peu plus sur les circonstances de l'accident de vendredi. Seul le corps du fils de Lam Kok a été pour le moment retrouvé. Les fouilles se poursuivent mais selon le colonel Ghislain Réty, commandant du groupement de gendarmerie de la Gironde, "on peut les retrouver aujourd'hui comme dans six mois". La Dordogne est à cet endroit, à proximité du début de l'estuaire de la Gironde qui débouche sur l'océan atlantique, et soumise au phénomène des marées.

C.P.