BFMTV

Abattoir d'Alès: la justice ouvre une enquête pour mauvais traitements sur des animaux

L'abattoir municipal d'Alès, surnommé "l'abattoir de la honte".

L'abattoir municipal d'Alès, surnommé "l'abattoir de la honte". - Boris Horvat - AFP

L'association L214 a diffusé une vidéo montrant des images atroces d'animaux maltraités dans un abattoir et déposé une plainte. Une enquête a été ouverte.

Le parquet d'Alès, dans le Gard, a annoncé jeudi avoir ouvert une enquête préliminaire sur des "faits d'acte de cruauté, mauvais traitements sur animaux" à l'abattoir de la ville. La justice a précisé que cette enquête était ouverte après le dépôt d'une plainte par une association dénonçant les conditions d'abattage des animaux dans cet abattoir.

L'association L214 avait diffusé une vidéo très dure montrant des mauvais traitements filmés au printemps dernier, ce qui a entraîné mercredi la fermeture à titre conservatoire de l'abattoir. Une pétition mise en ligne par l'association sur la plateforme Change.org rassemble d'ailleurs plus de 122.000 signatures à ce jour.

Des images insoutenables

Les images montrent notamment des bovins et des moutons en train d'être saignés alors qu'ils ont repris connaissance après avoir été étourdis, des porcs entassés dans une cage qui descend dans une fosse où ils seront asphyxiés au Co2, ou un cheval apeuré frappé avec un aiguillon électrique.

Jeudi, l'interprofession des viandes Interbev a condamné les "pratiques inacceptables" de l'abattoir municipal d'Alès "au regard des réglementations en vigueur tant du point de vue sanitaire que de la protection animale", et salué sa fermeture. "Si l'enquête administrative confirmait un ou plusieurs manquements aux réglementations en vigueur, Interbev se portera partie civile et demandera réparation des préjudices éventuellement subis".

la rédaction avec AFP