BFMTV

17 ans plus tard, la mère de Jonathan veut "la vérité" après la mise en examen d'un suspect

Le suspect présumé, un Allemand déjà condamné à la perpétuité pour le meurtre de trois enfants et pour abus sexuels sur 40 enfants en Allemagne, vient d’être extradé en France.

Dans l'affaire Jonathan Coulom, une mise en examen pourrait déboucher sur la vérité, 17 ans après le meurtre du jeune garçon disparu en avril 2004. Il se trouvait à l'époque dans un centre de vacances à Saint-Brevin-les-Pins en Loire-Atlantique. Son corps avait été retrouvé un mois plus tard, ligoté dans un étang. Un tueur en série allemand vient d'être extradé en France. La mère de l'enfant témoigne aujourd'hui pour BFMTV.

"Une partie de moi (...) est morte, elle ne reviendra jamais", affirme d'emblée Virginie Lacombe. Depuis la disparition de son fils, elle survit. Avec l'extradition de ce suspect, condamné à la perpétuité pour le meurtre de trois enfants et pour abus sexuels sur 40 enfants en Allemagne, une part de cette mère éplorée exprime de la joie. Non sans doute.

"Je demande juste la vérité: ce qu'il lui a fait, pourquoi, dans quelles conditions. (...) Pour aller de l'avant, j'ai besoin qu'il me le dise. Mais lui, pas quelqu'un d'autre. Lui, je veux l'entendre de sa bouche, et qu'il me regarde, et qu'il me dise ce qu'il lui a fait", insiste Virginie Lacombe.

"Je pourrai souffler"

Ce suspect, Martin Ney, est la piste la plus sérieuse de la justice. Il l'est d'autant plus qu'il a avoué en 2017, auprès d'un codétenu, avoir commis l'enlèvement et le meurtre de Jonathan Coulom. La grand-mère du jeune garçon, Chantal Munier, attend désormais que le suspect fasse des aveux devant les enquêteurs, pour enfin faire son deuil.

"Je tournerai la page quand il aura dit tout ce qu'il lui a fait. Et après, quand je saurai exactement tout, là je pourrais... souffler", confie-t-elle à BFMTV.

Martin Ney, remis temporairement à la justice française pour une durée de 8 mois, a été mis en examen lundi pour "meurtre d’un mineur de moins de 15 ans, et arrestation, enlèvement et séquestration ou détournement arbitraire de mineurs de moins de 15 ans".

Jules Pecnard Journaliste BFMTV