BFMTV

Touche pas à mon poste ! : qui fait quoi dans la bande à Hanouna?

Cyril Hanouna et ses chroniqueurs sur le plateau de "Touche pas à mon poste!"

Cyril Hanouna et ses chroniqueurs sur le plateau de "Touche pas à mon poste!" - D8

Le talk-show de Cyril Hanouna célèbre ses trois ans sur D8 ce jeudi 8 octobre. L'émission doit son succès à son animateur, mais également à sa bande de chroniqueurs où chacun a un rôle bien défini. Mais quel rôle en réalité? Petit tour de table.

A la rentrée 2015, Touche pas à mon poste ! a profité de l'été pour faire le plein de nouveautés : nouveau décor, nouveau logo, nouveaux chroniqueurs (Matthieu Delormeau, Erika Moulet, Angela Lorente, le revenant Eric Dussart...). Mais Cyril Hanouna, l'animateur et producteur de l'émission de D8, sait que le succès de son talk-show d'access prime-time repose aussi sur un socle solide auquel il tient beaucoup: sa bande emblématique de chroniqueurs. Si la personnalité du trublion du PAF est pour beaucoup dans la popularité que rencontre l'émission, les chroniqueurs ont aussi leur part de responsabilité. Dans la bande à Hanouna, chacun à sa place et son rôle à jouer. Revue d'effectif non exhaustive de l'équipe de TPMP...

> Valérie Benaïm, la bonne copine

Elle rit à toutes les blagues de Cyril Hanouna (même les moins bonnes), elle a toujours un mot sympa pour l'invité, elle est capable de remplacer l'animateur en cas d'absence et se prête de bonne grâce à toutes les facéties, caprices, supplices de l'animateur vedette de D8 (qu'elle suit même dans sa quotidienne sur Europe 1) avec un sourire et un rire communicatifs. Idéal pour la télé. Bref, Valérie Benaïm, c'est la caution sympa de TPMP, avec une personnalité sans doute plus effacée que les autres, mais sa présence rassure l'équipe et assure de tempérer le débat quand celui-ci s'anime un peu trop.

Valérie Bénaïm
Valérie Bénaïm © D8

> Thierry Moreau, des chiffres et des blagues

Le rédacteur en chef de Télé 7 jours est le genre de chroniqueur capable de vous sortir dans la même phrase la part de marché du dernier prime de Top Chef chez les ménagères, tout en faisant un jeu de mot tiré par les cheveux sur Philippe Etchebest. Une caractéristique qui lui vaut régulièrement de devoir quitter le plateau sous les huées du public qui, galvanisé par un Cyril Hanouna en ébullition, scande à tout-va "Tu sors, tu sors". Thierry Moreau, est donc à la fois la caution 'médias' et la caution 'jeux de mots' du talk-show de D8. Cette double-casquette singulière fait la marque du complice de Jean-Michel Maire. Dans TPMP, il ne reculera devant aucun calembour facile, ni devant la moindre possibilité de s'écharper avec Christophe Carrière. Mais le public adore ça...

> Enora Malagré, l'enfant terrible

Si vous aimez la détester, c'est normal. Mais il faut reconnaître que la blonde volcanique qui dit (presque) toujours ce qu'elle pense dans un langage de 'djeuns' pas toujours de circonstances met l'ambiance sur le plateau. A chacune de ses prises de paroles, elle se fait un ennemi (ou deux), mais elle garantit qu'il se passera toujours quelque chose à chaque débat. La protégée de Cyril Hanouna est aussi l'atout charme de l'émission. Quand Enora ne met pas en joue le PAF dans son intégralité, elle joue de sa plastique pour assurer des séquences qui feront le tour des zappings (la battle entre la chroniqueuse et Shy'm, pour ne citer qu'elle). Enora agace, fascine, mais ne laisse pas indifférent. Il est évident que les émissions ne seraient pas les mêmes sans celle qui réduit en charpie certains programmes. Enora dézingue plus vite que son ombre. Pas de chance pour ceux qu'elle vise.

Enora Malagré
Enora Malagré © D8

> Jean-Michel Maire, le dandy macho

Oui, Cyril Hanouna aime régulièrement rappeler que Jean-Michel Maire a été grand reporter par le passé. Mais ce ne sont pas vraiment ses qualités de journaliste parti couvrir la guerre en ex-Yougoslovie que l'homme met à profit dans le talk-show. Celui qui ne passe pas une émission sans placer le mot "teub" ne peut pas s'empêcher de glisser des références machistes au moment de prendre la parole. Dans TPMP, Jean-Michel Maire est plus régulièrement amené à évoquer ses déboires sentimentaux et ses sorties nocturnes qu'à donner son opinion sur le dernier reportage de Zone Interdite. Bien que ses analyses sur la télévision soient souvent pertinentes, Jean-Michel Maire accepte d'endosser ce costume de gentil macho. Ses anecdotes amoureuses amusent, choquent, mais elles assurent le spectacle. Et sans lui, la chronique des 4/3 de Jean-Luc Lemoine ne serait clairement pas la même...

> Jean-Luc Lemoine, la vanne aux bords des lèvres

Une phrase, une vanne. Fidèle lieutenant de Cyril Hanouna, Jean-Luc Lemoine est un chroniqueur sur lequel il est facile de se reposer. Notamment pour faire rire l'assistance. L'humoriste a toujours le bon mot, la blague (im)pertinente et l'auto-dérision qu'il faut au bon moment. Son rôle n'est pas de monopoliser la parole et de partir dans des envolées verbales sans fin. Tout est dans le ton, le moment, le propos et la justesse. Mais Jean-Luc Lemoine n'a pas comme seul vocation d'amuser la galerie. Il a aussi le pouvoir de semer la zizanie au sein de la bande avec sa chronique des 4/3 qui révèle les offs de l'émission. On rit beaucoup avec Jean-Luc Lemoine. Mais certains chroniqueurs rient parfois moins que les autres...

Jean-Luc Lemoine
Jean-Luc Lemoine © Gilbert Coullier Productions

> Gilles Verdez, le tonton flingueur

En caricaturant à peine, certains "fanzouzes" de l'émission pourraient résumer le chroniqueur sur ces deux critères : son amour des femmes (surtout Fatou) et sa propension à se mettre en colère sur à peu près tous les sujets. Gilles Verdez, l'homme qui "a mal à sa France", est le râleur de la bande, celui qui n'est jamais content, parfois de mauvaise foi et qui maîtrise parfaitement l'esprit de la contradiction. Une émission de cuisine ? Il pousse un coup de gueule. Une blague ratée de Laurent Ruquier ? Il s'emporte. Un candidat manipulateur dans Koh-Lanta ? Il s'époumone pour défendre sa conception de la justice. Ce grand romantique pourrait organiser une manifestation par jour tant le monde qui l'entoure le met en colère. Heureusement, le chroniqueur sait parfois lâcher prise pour se prêter aux délires de Cyril Hanouna dont il est devenu le souffre-douleur (consentant) préféré. Quand il ne fait pas sa révolution, il reste un chroniqueur beau joueur.

> Isabelle Morini-Bosc, Mère Castor 

Toujours une histoire à raconter. En toute circonstance. Sur tous les sujets. Même si elle n'a pas de chutes. Même si ça n'a aucun rapport avec le reste du débat. Et le tout, sans jamais se lasser. Voilà qui est Isabelle Morini-Bosc dans TPMP. La doyenne des chroniqueuses de l'émission à l'expérience de tout (pas seulement de la télé), adore partager ses anecdotes interminables, défendre avec conviction ses coups de coeur et remettre à leurs places certains camarades (comme Gille Verdez), qui auraient le malheur de lui couper la parole ou de ne pas être de son avis. La chroniqueuse ne craint pas le ridicule et Cyril Hanouna n'hésite jamais à la solliciter. Isabelle Morini-Bosc, c'est l'assurance que quelqu'un parlera toujours sur le plateau. 

> Julien Courbet, le joker de luxe

A l'aise aussi bien comme simple chroniqueur que présentateur du talk-show, Julien Courbet est le partenaire parfait pour Cyril Hanouna. Son sens du second degré et son expérience à la télévision lui ont rapidement permis de se faire une place au sein de la bande emblématique des chroniqueurs. ll se permet même le luxe de remplacer le maître chaque vendredi avec son propre style et son propre ton. Et quand il faut se travestir pour amuser le public ou se prêter à des épreuves dignes de Fort Boyard, celui-ci ne rechigne pas. Julien Courbet, le chroniqueur qui fait son métier sérieusement, sans se prendre au sérieux.

-
- © -

> Camille Combal et Bertrand Chameroy, les fils prodiges

Avec leurs chroniques respectives, les deux protégés de Cyril Hanouna font partie des valeurs sûres de l'émission. Jeunes, drôles, talentueux, ils ont un profil similaire, mais parviennent malgré tout à garder chacun leur identité dans l'émission. Notamment parce que l'animateur phare de D8, qui mise de plus en plus sur eux, veille au grain en coulisses. Leur humour fait mouche. Le public les plébiscite de plus en plus. Les deux espoirs de TPMP ont déjà commencé à jouer dans la cour des grands avec leurs primes-times respectifs. Le chouchou et le fayot de la bande grandissent un peu plus chaque année et ils sont désormais devenus indispensables à l'émission. Non, on n'est pas près de toucher à leur poste.

Fabien Morin