BFMTV

Top Chef: les cinq secrets de la finale

Le dernier repas concocté par les finalistes de Top Chef pour une centaine de bénévoles de la Croix rouge et une poignée de journalistes.

Le dernier repas concocté par les finalistes de Top Chef pour une centaine de bénévoles de la Croix rouge et une poignée de journalistes. - Marie Etchegoyen - M6

La finale de Top Chef est diffusée ce soir à partir de 21h, sur M6. Avant de découvrir les prouesses des deux candidats encore en lice à l'issue de cette huitième saison, voici quelques secrets de fabrication.

On saura ce mercredi soir, qui de Franck Pelux ou de Jérémie Izarn remportera la finale de la huitième saison de Top Chef. L'un est issu de la brigade de Philippe Etchebest, l'autre de celle de Michel Sarran. L'un est décrit comme un "perfectionniste raffiné", l'autre comme un "autodidacte passionné". Mais avant de découvrir la dernière épreuve qui les départagera, les derniers coups de stress et de théâtre, voici ce qui s'est passé dans l'arrière cuisine. Voici cinq secrets de la finale.

1. La finale est bouclée... depuis 3 mois

C'est en janvier que la finale a été tournée. Le 14 janvier, les finalistes se sont ainsi retrouvés au Royal Palace d'Evian, en Haute-Savoie, comme le raconte un journaliste de 20 Minutes, convié à assister à l'enregistrement, sous le sceau du secret, bien sûr. Le menu de la finale a été dégusté par une centaine de bénévoles de la Croix rouge (90% du jury) et une poignée de journalistes (les 10% restants), ainsi que les quatre chefs, chargés d'évaluer le menu.

2. Un menu préparé pendant un mois

Comme les coureurs de fond, les candidats s'échauffent longtemps avant la compétition. Les deux finalistes ont ainsi eu un mois pour élaborer leur menu, comme l'explique TV Mag. Le Parisien précise que leur budget courses s'est monté à environ 5.000 euros.

3. Pas de limite de budget

Le magazine précise également que les deux candidats n'ont eu aucune limite de budget. Aucun ingrédient ne leur a donc été refusé, aussi coûteux et luxueux soit-il.

4. Cafouillages entre le dressage et le glaçage

On a frôlé la catastrophe. Tous les journalistes présents racontent la confusion qui a régné pendant le repas. D'abord, c'est le plat principal d'un des candidats qui est arrivé en retard, et donc froid. Un manque de serveurs, semble-t-il, à moins que ce ne soit un "retard dans le dressage des légumes", comme l'évoque le journaliste du Parisien, qui tient l'information d'un serveur. Mais le pire restait à venir pour l'un des candidats, avec une panne de glaçage. La production n'avait pas prévu assez large. Une tuile jamais vue, selon Stéphane Rotenberg cité par Le Parisien: "Des pépins, on en a souvent. Mais là, c'est une première". Certains convives ont donc dû partager leur dessert avec leur voisin.

5. Les gains du vainqueur

Sur le même sujet

Depuis que la règle du jeu a changé en 2014, le gagnant de Top Chef empoche un gain proportionnel au pourcentage des votes obtenus. Auparavant, il repartait avec un chèque de 10.000 euros. Ce changement de règle permet donc au vainqueur de gagner plus d'argent, comme Xavier Pincemin, reparti en 2016 avec 52.500 euros.

Magali Rangin