BFMTV

Parlez-vous le Top Chef?

L'animateur de Top Chef, Stéphane Rotenberg et le Jury de l'émission: Jean-François Piège, Philippe Etchebest, Hélène Darroze et Michel Sarran.

L'animateur de Top Chef, Stéphane Rotenberg et le Jury de l'émission: Jean-François Piège, Philippe Etchebest, Hélène Darroze et Michel Sarran. - M6/ Pierre Olivier

"Partir sur", "sublimer", "revisiter", le vocabulaire de Top Chef a infiltré notre quotidien. Révisez vos classiques avant la finale de la septième saison, ce lundi soir sur M6.

Mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec l'Agar-agar? Top chef, dont la finale se dispute ce lundi, fait plus que diviser les Français (team Coline ou team Xavier?). En sept saisons, l'émission de téléréalité culinaire a contaminé notre vocabulaire quotidien avec ses expressions employées le plus souvent à tort et à travers.

On n'opte plus ou on ne choisit plus quelque chose, on "part sur". Un plat n'est plus appétissant, il est "gourmand". On "sublime", on "revisite" à tire-larigot, pour "raconter une histoire" et "montrer son univers". Petit lexique du vocabulaire Top Chef.

> "Partir sur..."

C'est la phrase que lâchent tous les candidats pour expliquer ce qu'ils vont cuisiner. Le "partir sur" s'est installé au fil des saisons. Les candidats de la première saison disaient encore: "je vais faire", tout simplement. Mais ça avait moins de panache. Aujourd'hui le "partir sur" est devenu un tic de langage très courant. Mais au risque de décevoir ses adeptes, on peut partir sur une île déserte, mais pas sur une quiche lorraine (sauf si elle est très grande et qu'elle glisse bien).

> "Revisiter"

On revisite à tour de bras dans Top Chef. Le degré d'adaptabilité à la vie courante est élevé. On peut revisiter, sans se tromper, la quiche lorraine, les Nocturnes de Chopin, ou le design scandinave. Vous pouvez y aller tranquillement, même s'il est un peu galvaudé, le mot est correct et signifie, c'est une chance, à peu près la même chose à la télévision et dans la vraie vie, c'est à dire "Donner un éclairage entièrement nouveau sur une question", selon le Larousse.

> "Sublimer"

Rien à voir avec le passage de l'état solide à l'état gazeux, ici, sublimer c'est rendre un plat moyen (au hasard, la quiche lorraine), sublime, magnifique, éblouissant, à l'aide d'ingrédients inédits.

> "C'est gourmand"

Au pays de Top Chef, un plat est "gourmand", une assiette est "gourmande". Dans la vraie vie, comme dans le dictionnaire, c'est plutôt le consommateur du plat qui est gourmand. L'adjectif a perdu son sens de "qui aime la bonne nourriture". Mais libre à vous de continuer à dire "Vraiment, chérie, ta quiche lorraine, elle est gourmande".

> "C'est croquant"

Peut s'accompagner de "craquant" ou plus souvent de "gourmand". On obtient alors l'expression "c'est croquant, c'est gourmand", quasi brevetée par Cyril Lignac, tant il en a usé. "Chérie, ta quiche elle est croquante, elle est gourmande", ça marche aussi. 

> "Ce plat, il raconte une histoire"

En langage Top Chef, une assiette peut vous raconter une histoire. Oui, même si le poisson ne vient pas de Lutèce. "Cette assiette, elle n'a pas un visuel extraordinaire, mais elle a une histoire qui me parle beaucoup", lance Jean-François Piège, emballé par ce que lui raconte le sorbet à la betterave de Coline. Soyons clair, ça ne veut pas dire grand-chose, mais ça produit son effet. "Chéri, ta quiche lorraine, elle me raconte une histoire".

> "C'est malin"

Dans Top Chef, tout devient assez vite "malin". Une idée d'assaisonnement, un plat, un ingrédient. Là encore, c'est Cyril Lignac qui a lancé l'expression. "C'est croquant, c'est gourmand, c'est malin".

> "Cromesquis"

N'importe quoi de pané avec de la chapelure et frit devient un cromesquis dans Top Chef. Le cromesquis est très prisé des candidats de cette septième édition. A l'origine le cromesquis désigne une croquette de poisson ou de fromage. Dans l'émission de téléréalité, il permet aussi de masquer certains ingrédients quand il s'agit de les faire avaler à des enfants. Non, la quiche lorraine ne se cuisine pas en cromesquis. Quoique.

> "Prendre du plaisir"

Les candidats ont beau avoir un couteau à la main, qu'ils aimeraient bien à l'occasion, utiliser pour faire une julienne à base de concurrents, il sont là pour "prendre du plaisir". Ils n'hésitent pas à le rappeler, surtout quand ils viennent d'en baver un maximum sur un plat qu'ils n'assument pas trop, genre une tartelette aux topinambours.

> "L'agar-agar"

Depuis que l'agar-agar est entré dans nos vies grâce à Top chef, on se gargarise de ce mot. Peu importe qu'il désigne un gélifiant appelé E406, fabriqué à partir d'une algue, le mot est glamour en diable. Essayez de glisser dans une conversation "moi dans la quiche lorraine, je mets de l'agar-agar", et observez les réactions.

> "Univers"

Aujourd'hui, si on passe à la télé et qu'on n'a pas d'univers, autant rentrer chez soi. Ne pas avoir d'univers équivaut à ne pas avoir de personnalité. Les chanteurs comme les chefs se doivent donc d'avoir un univers.

> "Chaud-patate"

Expression popularisée par Norbert Tarayre candidat de la troisième saison. Chaud-patate décrit une situation très tendue. C'était même le titre de son spectacle, One man Show Patate. Coline, finaliste de la septième saison l'emploi elle dans le sens, "être au taquet": "là je suis chaud patate". 

> "Quitter l'aventure"

Toute émission de téléréalité est une aventure. Donc tout candidat éjecté "quitte l'aventure". Le terme s'applique désormais aussi bien à un sportif de haut niveau éliminé d'une compétition, qu'à un ministre qui quitte le gouvernement.

https://twitter.com/Radegonde Magali Rangin Chef de service culture et people BFMTV