BFMTV

Nouvelle campagne de RSF: Mahmoud, Bachar et Vladimir vous font un doigt

La campagne de publicité de l'ONG reprend les plus connus des "prédateurs" dans une posture qui représente leur attitude vis-à-vis de la presse.

La campagne de publicité de l'ONG reprend les plus connus des "prédateurs" dans une posture qui représente leur attitude vis-à-vis de la presse. - -

Pour la journée mondiale du droit de la presse, Reporters sans frontières a publié son bilan 2012 le plus sanglant depuis dix ans. Une campagne de pub choc a été créée pour l'occasion, mettant en scène des dictateurs en train de faire un bras d'honneur au reste du monde.

En cette journée mondiale de la liberté de la presse, Reporter sans frontières compte les points. Comme chaque année, l'ONG établit un classement des pays en fonction de leur respect de la liberté de la presse. Un tableau qui n'a guère changé depuis un an: le même trio de tête, Finlande, Pays-Bas et Norvège, s'oppose à l'habituel trio infernal, Turkménistan, Corée du Nord et Erythrée. La France, elle, se classe 37e.

Outre les pays eux-mêmes, RSF identifie 39 prédateurs, qui représentent en quelque sorte l'axe du mal contre le journalisme. Ils sont chefs d'Etat, djihadistes, groupes terroristes, et menacent le droit à l'information tout autour du monde. La campagne de publicité de l'ONG reprend les plus connus de ces personnages dans une posture qui représente leur attitude vis-à-vis de la presse.

On y voit le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le leader nord-coréen Kim jong Un, le président syrien Bachar Al-Assad, le président russe Vladimir Poutine et le nouveau président chinois, Xi Jinping, hilares, en train d'adresser un bon vieux bras d'honneur à qui le regarde. Le poing de ces dirigeants est volontairement grossi pour montrer à quel point, vraiment, il se moquent de vous.

Christophe Deloire, président de RSF, leur attribue la responsabilité de cette année noire en termes de liberté de la presse. "Ces prédateurs de la liberté de l’information sont responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants. Leurs actions sont de plus en plus efficaces: 2012 a été une année historiquement violente pour les acteurs de l’information", pointe-t-il.

En 2012, l'ONG a comptabilisé 90 journalistes tués, ainsi que 48 blogueurs. Et 36 rien qu'en Syrie et en Somalie.

>> En images, le classement de RSF:

Olivier Laffargue